Equipes

Bilan de saison 2017, version Pacers : difficile de passer la seconde

Pacers
Source image : Twitter - @Pacers

Voilà. Douze mois après avoir été sortis par les Raptors au premier tour des Playoffs lors d’un Game 7, les Pacers dégagent encore plsu rapidement, sweepés par les Cavs. Pourtant, on les attendait bien plus à la fête cette saison. Alors on fait quoi maintenant ?

Ce que TrashTalk avait annoncé :

Soyons honnêtes, nous avions été très optimistes pour les Pacers. Beaucoup trop d’ailleurs. Avec 50 victoires et portés par un Paul George en mode MVP, on les imaginaient capables de lutter avec Boston et Toronto en jouant à toute vitesse. Ben quoi, on a le droit de se planter de temps en temps, non ?

Ce qui s’est vraiment passé :

Un manque de cohérence et de régularité, une difficulté à voir quel était réellement le projet de jeu collectif. Puis un Paul George en mission sur la fin de la saison régulière pour valider le billet des Playoffs ; Histoire de prendre un coup de balai de la part des Cavs, malgré le retour de Lance Stephenson ou encore un PG 13 solide. Mais c’était trop tard, on l’attendait à ce niveau pour porter Indiana plus tôt dans la saison afin de s’offrir un premier tour plus facile.

L’image de la saison :

Larry Bird

Larry Bird va devoir réfléchir à sa stratégie. Et à l’avenir de Paul George

On ne l’attendait pas, il est de retour : Lance Stephenson

C’est la nouvelle qui a mis un peu de bonheur dans la saison des Pacers. Le 30 mars, Sir Lancelot a retrouvé la franchise de ses débuts, là où il a pratiqué son meilleur basketball. Après presque trois ans à se balader sur le territoire américain sans jamais briller – seule sa pige aux Grizzlies était au niveau espéré – Lance Stephenson a donc signé pour deux ans dans l’Indiana. Six matchs pour se chauffer et boucler la saison régulière, puis le phénomène était de retour pour les Playoffs. S’il n’a pu permettre aux Pacers d’éviter le sweep, ses 16 points à plus de 50%, 5,3 rebonds et 2,8 passes en sortie de banc peuvent laisser croire qu’on connait le leader de la seconde unit d’Indiana pour l’année prochaine.

On l’attendait au taquet, et il a abusé : Monta Ellis

En début de saison, on le plaçait dans les candidats au transfert s’il ne sortait pas les doigts. Mais avec un jeu plus uptempo dans l’Indiana, on se disait également qu’il avait sa carte à jouer pour retrouver le rythme qui était le sien quand il accompagnait Dirk Nowitzki à Dallas. Sauf qu’après un premier exercice moyen sous le maillot des Pacers, il a fait encore moins bien cette saison. Titulaire ou en sortie de banc, il n’a pas trouvé sa place dans les rotations cette année, en tout cas pas à hauteur de son talent ou de son contrat. Ses jours pourraient être comptés à Indianapolis s’il avait encore un minimum de cote sur le marché. Mais qu’il se rassure, il est loin d’être le seul qu’on attendait à un niveau supérieur cette saison.

La vidéo de la saison :

Le symbole de la saison frustrante chez les Pacers.

Ce qui va bientôt se passer :

On va devoir réfléchir à la suite des opérations chez les Hoosiers. Vouloir jouer plus vite, c’est louable. Prendre le coach qui va avec, c’est mieux. Aujourd’hui les questions sont nombreuses et la plus importante de toute concerne l’avenir du meilleur joueur de la franchise, agent libre en 2018. On continue de construire autour ou on repart sur d’autres bases ? Tout l’été sera conditionné par cela. Et le suivant aussi, car les prétendants seront nombreux si rien n’est signé entre les deux parties d’ici là.

A choisir, on dégagerait bien Nate McMillan pour mettre un mec qui sera en adéquation avec Larry Bird pour jouer vite. Tout en s’appuyant sur Paul George afin de réussir un bien grosse saison qui lui donnera envie de rester chez les Pacers. Reste à savoir si cette élimination sans gloire ne trottera pas dans la tête de PG 13 lorsqu’il faudra poser sa griffe sur un contrat. 


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top