Warriors

Stephen Curry a sorti le lance-flammes : 37 points à 7/11 du parking, sympa le meneur lambda

Il y a quelque chose avec l’air de l’Oregon, ou peut-être du Moda Center. Quelque chose qui chauffe Stephen Curry, car on ne peut pas être aussi chaud deux matchs de suite sans avoir une affection particulière pour l’ambiance du coin.

Lors du Game 3, il avait assuré le comeback de ses Warriors comme un grand, sans Kevin Durant, et avec un Steve Kerr qui devait quitter les siens en deuxième mi-temps. Après nous avoir gratifié de son “I am back” l’an dernier, lors des demi-finales face à ces mêmes Blazers, Curry nous lâchait son “I am nasty” en offrant deux performances consécutives de choix pour les habitants de Portland. D’abord 34 points, puis 37 hier soir, sans montrer le moindre signe de doutes ou de changement fondamental dans son jeu, le double-MVP en titre a mis tout le monde d’accord sur ce premier tour de Playoffs. Il faut dire que, pour une raison qui nous échappe encore même si ses dernières Finales sont bien dans nos têtes, le numéro 30 de Golden State a cette étiquette de joueur qui chie au printemps, alors qu’il va probablement participer à sa troisième finale consécutive. Des blessures certes, des matchs plus difficiles à gérer aussi, mais cette fois Steph a probablement envie de fermer des bouches une bonne fois pour toutes. Réaliser une grande campagne de Playoffs, repartir avec la bague au doigt, et rappeler qui est le patron par ici.

Du coup, malheureusement pour Damian Lillard qui servait de souffre-douleur sur ce premier round, Curry a décidé d’activer le lance-flammes plus tôt que prévu, histoire d’annoncer également la couleur à la concurrence en demi-finale. George Hill ? Chris Paul ? Jazz ? Clippers ? Vous pouvez mettre l’intégralité de votre franchise sur moi et je trouverai une solution. Hier soir, cela se voyait notamment dans sa patience du premier quart-temps, marquant lorsque les tirs étaient ouverts mais jouant aussi hors de la balle lorsqu’il fallait mettre un coéquipier en confiance. Une fois sniper, une fois poseur d’écran, Steph était dans son élément et l’écart creusé lui permettait de refaire ses grigris. Comme dans le troisième quart où il enverra à nouveau de la bombinette de 8 mètres, comme dans le second quart où il fera danser ses défenseurs à coup de yoyo balle en main. Oui, le vrai Curry est bien présent pour ces Playoffs 2017, et c’est un sujet dont on ne parle peut-être pas assez. En tout cas, cette nuit, il a tenu à bruyamment le rappeler.

Une ligne qui nous rappelle sa saison en mode MVP unanime : 37 points, 7 rebonds, 8 passes, 12 sur 20 au tir, 7 sur 11 de loin, 6 sur 7 aux lancers, 30 minutes de jeu. Merci Portland, victime suivante please.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top