Top Ten

NBA Top 5 du jour : les Bucks n’ont pas tout perdu, ils repartent avec une jolie collection de posters

C’est l’heure du rendez-vous habituel sur TrashTalk, celui qui vous offre chaque matin les meilleurs highlights de la nuit mais également un peu de culture pour épicer le tout. Et aujourd’hui ce Top 5 est dédicacé aux Parisiens, et notamment à vous qui prenez le périph’ chaque jour pour aller bosser.

Car le boulevard périphérique de Paris fête aujourd’hui ses 44 bougies. Naissance donc le 25 avril 1973, inauguration par le premier ministre de l’époque Pierre Messmer, et bonjour à plus de 35 kilomètres de bitume pour contourner Paris et gagner ainsi deux bonnes heures pour certains. Deux, trois ou quatre voies de part et d’autres de la route, une vitesse limitée à 70 km/h histoire d’éviter les strikes et de réguler – un peu – les émissions de pollution, le périph’ fait aujourd’hui partie de la vie de grand nombre de parisiens et de tous les touristes obligés de passer par la capitale pour rallier Lyon à Lille ou Strasbourg à Brest. Un travail débuté dix-sept ans auparavant et qui permet aujourd’hui à plus de 300 000 bagnoles de circuler tranquillement, même si s’engouffrer sur le périph’ de Paname pour la première fois peut vite vous transformer en usine à stress et à vomi.

Porte Maillot, Porte de Bagnolet, Porte de Bercy, le tunnel du Parc des Princes, le Pont Masséna… des termes qui parlent évidemment à nos lecteurs parisiens et qui font donc partie du décor de la ville de lumière depuis 44 ans, une époque où le président Pompidou aimait à répondre aux opposants à ce projet d’un limpide “oui mais les Français aiment la bagnole”.

Mais pas de jaloux, on vous envoie déjà le Top 5 et on vous promet que l’on vous parlera très vite du boulevard périphérique de Bourg-En-Bresse, de ses 2,2 kilomètres de long et des 18 bars qui le bordent. Non mais oh.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top