Raptors

DeMar DeRozan envoie du lourd et les Raptors respirent : 33 points pour l’arrière, en route pour le Game 5

DeMar DeRozan

Wesh, euh ils ont cru quoi les Daims ?

Source : YouTube / NBALife

Après la très sèche défaite du match 3, les Raptors devaient réagir et l’emporter pour rester dans la course et éviter de se retrouver menés 3-1 par des Bucks certes très jeunes mais aussi très impressionnants. Et si Toronto a réussi à égaliser à 2-2 au terme d’un match de qualité médiocre, c’est bien grâce à son swingman DeMar DeRozan qui a dynamité la défense des Daims et porté son équipe du début à la fin de la rencontre. 

DeRozan avait déjà 21 points au compteur à la mi-temps quand son équipe n’en affichait que 41 (contre 41 également aux Bucks). Notamment parce qu’il a trouvé un excellent rythme dans le deuxième quart – avec 15 points dont 7 lancers sur cette période -, l’ami DeMar a permis aux siens de rester dans le match. Car sans lui, l’attaque venue du Canada aurait une bien pauvre allure avec un Kyle Lowry correct mais sans plus ou un Serge Ibaka fâché avec son shoot tout comme DeMarre Carroll. Dans ce quart, le numéro 10 canadien a tout fait à ses adversaires sans jamais donner l’impression de forcer quoi que ce soit. Il n’y a qu’à voir ce drive monstrueux et cette finition qui l’est tout autant à un peu moins de 7 minutes de la mi-temps et alors que Giannis Antetokounmpo était collé à lui. Et tout au long de cette deuxième période ou même du match, DeRozan a enrobé cette action de ce qu’il sait faire de mieux : des jumper tout en fluidité à mi-distance et des fautes provoquées (9/9 au lancer).

Et preuve de son implication, DeMar DeRozan s’est également montré très actif au rebond avec 9 prises sous les cercles, à la passe décisives avec 5 offrandes aux copains et à l’interception avec 4 ballons volés sur la rencontre. 33 points à 12/22 au tir, 9 rebonds, 5 passes décisives et 4 interceptions. Voici une ligne de stats bien remplie et plus fidèle à ce qu’il a pu nous proposer en régulière, en comparaison avec les trois premiers matchs de la série. A noter également que Dwane Casey y est allé d’un “coup” tactique en termes de coaching (si, si !!) en faisant jouer son équipe en small ball d’entrée afin d’être mieux adapter à ce que propose les Bucks. Out Jonas Valanciunas et Normal Powell en starter à sa place. Ce qui a eu pour effet décaler DeMar DeRozan au poste 3 (pour les très bons résultats exposés précédemment) ainsi que Carroll vers le poste 4 en opposition directe avec Antetokounmpo et Serge Ibaka en pivot pour suivre Thon Maker dans le périmètre.

Un ajustement qui a payé directement. Cela a perturbé les Bucks et a vraiment mis à l’épreuve leur confiance offensive. A l’image notamment d’un Giannis qui n’a scoré que 14 points à 6/19 au tir ou de Kris Middleton qui n’a planté que 4 de ses 13 tentatives. Pire encore, l’ailier grec n’a marqué que deux points après la pause à 0/7 au tir et en perdant 3 ballons sur la même période… Une période au cours de laquelle DeRozan posera donc encore 12 unités sur les bois des Bucks, histoire d’aider son escouade à creuser un écart petit à petit, pour finir le match par cette victoire sur ce score très bas de 87 à 76.

Pas le beau ni le plus prolifique des matchs des Raptors cette saison mais certainement l’un des plus importants car il fallait le gagner et c’est chose faite. Dwane Casey a innové, DeMar DeRozan a joué au niveau de sa régulière et les Dinos joueront un game 5 à la maison pour prendre l’avantage pour la première fois dans cette série de premier tour. 

boxscore Raptors

Boxscore Bucks


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top