Celtics

Boston refuse de mourir aujourd’hui : 104-87, les Celtics veulent leur remontada !

Jae Crowder - Avery Bradley

Job done !

Source image : Tim Fuller-USA TODAY Sports

La réaction était attendue, elle a bien eu lieu au United Center cette nuit. Boston devait s’imposer pour tenter de relancer la série mais surtout rester en vie, les Celtics ont géré leur business en s’imposant comme des grands.

Et pas de n’importe quelle façon. Une mixtape d’Isaiah Thomas ? Nope, il n’y a pas eu besoin d’un All-Star en feu pour que les visiteurs se fassent plaisir dans l’Illinois. Au lieu d’un carton comme le meneur a pu nous y habituer cette saison, c’est un effort complet qui a été offert par les hommes de Brad Stevens, un qu’on attendait depuis le début de la série finalement. De Terry Rozier à Al Horford en passant par Avery Bradley, Jae Crowder et Marcus Smart, mais aussi Jonas Jerebko, Kelly Olynyk et Gerald Green, tout le monde a mis ses mains dans la merde pour tenter de remonter à la surface le navire celte. Ce qui avait l’air de bien démarrer en début de rencontre, Boston imposant un premier quart sérieux basé sur une réussite extérieure folle. Cependant, avec un Dwyane Wade possédé en face et une adresse qui se mettait à chuter, les Celtics voyaient leur confortable avance s’évaporer sous leurs yeux. La pause arrivait finalement au meilleur moment, puisque le run de Chicago prenait fin en ayant réussi à recoller à trois petites unités de Boston, loin des 20 points de retard que le début du second quart proposait. Mais si les Bulls se rapprochèrent autant des visiteurs, ce fût pour un court moment, très court même.

Car en sortie de vestiaire ? Les hommes de Brad Stevens décidèrent de proposer 24 vraies minutes, sérieuses, solides, sans craquer, sans chercher d’excuses. D’abord lancés par un Isaiah Thomas enfin agressif, les Celtics s’en remettaient ensuite à leur défense suffocante et au duo Horford – Bradley, qui rayonnait des deux côtés du terrain. Un 32-22 fatal dans le troisième quart, puisqu’il enfonçait la tête des Bulls dans l’eau et Jimmy Butler n’arrivait même pas à relever la tête jusqu’à la surface. Bien entouré par les pitbulls de Boston, le All-Star rendait sa pire fiche imaginable (14 points à 7/21 au tir) en ayant longtemps galéré à trouver ses spots. Et malheureusement pour Chitown, avec un Wade forcément crevé, un Butler en demi-teinte et un Rondo absent, il fallait s’incliner devant le sérieux d’en face. Un banc qui cartonne, des coéquipiers qui se soutiennent et un United Center transformé en église personnelle, voilà ce que les Celtics ont réussi ce vendredi. Une belle performance, pas ultra-dominante, mais suffisamment sérieuse pour redonner de l’espoir aux joueurs et leur faire croire que le Game 4 de ce dimanche pourra être remporté. Il le faudra d’ailleurs, pour enfoncer les Bulls dans leurs doutes et retourner au TD Garden avec un élan immense dans leur dos.

Quand Boston gagne de près de 20 points et Isaiah Thomas fait un match moyen, vous savez que c’était du Celtics basketball. Contributions de tous les joueurs, attitude sérieuse et bon fighting spirit, les hommes verts ont fait ce qui était attendu d’eux. Maintenant vient le plus dur : confirmer, ce dimanche.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top