Heat

Pat Riley en spectateur à la free agency ? Le patron est satisfait de son groupe actuel

Pat Riley

C’est pas cet été que LeBron va signer à South Beach.

Source image : YouTube

Alors que personne ne les attendait à la lutte avec les Bulls pour le huitième spot qualificatif pour les Playoffs, le Heat a surpris tout le monde en délivrant une deuxième partie de saison exceptionnelle. Au vu de ces bons résultats, Pat Riley n’a pas prévu beaucoup de changements pendant l’été.

Le gominé le plus célèbre et respecté de la NBA avait déclaré chercher à accueillir une baleine l’été dernier. Une référence à peine déguisée à Kevin Durant qui était venu sonder le marché après avoir quitté Oklahoma City. Mais au lieu de signer un MVP, Pat Riley avait dû se contenter de role players comme Dion Waiters et James Johnson. Pas très convainquant a priori sauf qu’Erik Spoelstra a fait des miracles avec son effectif cette saison. Avec un tout petit peu plus de réussite, le Heat serait même en train de se préparer à recevoir les Celtics au premier tour des Playoffs à la place de Chicago qui n’a terminé huitième qu’au bénéfice du tie breaker. Un crève-cœur pour Goran Dragic et ses coéquipiers qui ne doit pas effacer cette magnifique seconde partie de saison conclue avec le cinquième meilleur bilan de la Ligue (à partir du 1er janvier 2017). Pendant trois mois et demi, Miami avait une allure d’équipe de haut de tableau et Pat Riley souhaite continuer de construire le projet de la franchise autour des hommes déjà présents en Floride comme il l’a déjà clarifié à Barry Jackson du Miami Herald.

“Nous allons surtout nous concentrer sur notre groupe de joueurs actuels. […] Nous allons toujours observer ce qu’il se passe lors de la free agency. Nous avons cette flexibilité. Quand vous avez un choix de draft et beaucoup de joueurs dans votre équipe que vous appréciez, vous êtes en bonne position pour aller de l’avant. […] Si vous regardez Golden State et Cleveland, Houston et San Antonio, les quatre meilleures équipes de la Ligue, et ce qui arrive aux autres équipes de la Conférence Est ; oui, il faut se dire que nous avons envie d’être au même endroit qu’eux aussi vite que possible. […] Même si vous gardez tous ces joueurs avec le 14ème choix de la Draft et un peu de room exception, pouvez-vous battre ces équipes ? On ne le saura pas tant qu’on n’y sera pas. Je pense que les fans d’ici apprécient ce que l’on fait. Ils apprécient aussi le fait que l’on souhaite revenir rapidement au sommet. Je veux jouer pour ça [un titre]. C’est ce pourquoi on veut se battre et ça a toujours été le cas. Il n’y a pas besoin de partir à la chasse aux baleines pour ça. Vous pouvez obtenir un joueur clé dans un échange au lieu de mettre 38 millions de dollars pour un mec. Certains de ces contrats max sont ridicules. Ça fait partie du CBA.”

L’été du Heat pourrait dépendre en grande partie du sort de Chris Bosh, officiellement toujours sous contrat à Miami. Si le multiple All-Star était déclaré inapte pour la pratique du sport de haut niveau, son salaire serait alors retiré du cap de la franchise qui aurait par conséquent beaucoup plus de flexibilité pour tenter quelques beaux coups sur le marché. En attendant de connaître le verdict des médecins, Miami peut déjà être serein : seuls Udonis Haslem, James Johnson et Luke Babbitt seront libres de tout contrat cet été. En possession d’une player option, Dion Waiters a d’ores et déjà fait savoir qu’il comptait rester à South Beach et sa décision pourrait motiver JJ à faire de même. Avec 27 minutes de temps de jeu, l’ancien ailier des Raptors semble enfin avoir trouvé sa place dans un groupe solidaire qui a surpris de nombreuses équipes qui arrivaient à l’American Airlines Arena un peu trop confiants. Le pari de Pat Riley de conserver son noyau de joueurs pour construire son équipe paraît donc intéressant alors que Goran Dragic et Hassan Whiteside sont sous contrat jusqu’en 2020. Mais après avoir rassemblé les Tres Amigos en 2010, le proprio pourra-t-il se résoudre à rester inactif tout l’été ? On a envie d’y croire en tout cas.

En pleine confiance depuis 2017 avec un bilan de 31 victoires pour 17 défaites, cette équipe de Miami a le potentiel pour faire de grandes choses. Dion Waiters a enfin trouvé le moyen d’exprimer tout son talent, sans compter que Justise Winslow s’est blessé très tôt dans la saison et pourra apporter un peu plus de dureté défensive dès le début de la prochaine. Avant même d’échanger qui que ce soit, le Heat ne fait plus rire personne. Et il n’y a pas de raison que ça change si le groupe reste en l’état.

Source texte : Miami Herald


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top