Warriors

JaVale McGee se fait respecter dans la raquette : beaux débuts de Playoffs pour la légende vivante

Auteur d’un nouveau match solide avec ses Warriors, JaVale McGee est en train de parfaitement utiliser la plateforme qui lui est donnée pour refaire son image : apprécions le joueur, pour une fois, pour changer.

Son héritage est bien trop important pour concevoir une étiquette différente de celle qui lui a été donnée depuis ses débuts dans la Ligue. Malheureusement pour JaVale, les exemples de situations embarrassantes sont trop nombreuses pour effacer son passé. Cependant, ce n’est pas ça qui va arrêter McGee dans son évolution. Dans sa carrière, qui aurait pu s’arrêter concernant la NBA, avant que les Warriors ne décident de lui donner une chance. Nous étions à l’automne dernier, le départ d’Andrew Bogut et de Festus Ezeli laissaient un trou dans la raquette, et les nouveaux n’apportaient pas de protection d’arceau ni de verticalité. Le pari était donc pris pendant le camp d’entraînement, avec un contrat offert à JaVale. Mission principale ? S’intégrer au groupe, bosser dur et être prêt quand son nom est gueulé par Steve Kerr. Une nouvelle forme de discipline qui changeait bien du bordel de ses débuts à Washington, ou du cirque géré par George Karl à Denver. Cette fois, McGee devait travailler dans un cadre de champions, en espérant que cela prenne dans sa façon d’aborder chaque rencontre. Et après une régulière plutôt insignifiante et davantage marquée par ses bagarres interposées avec le Shaq, les Playoffs pointaient leur nez.

Magie du destin, l’adversaire des Warriors au premier tour était la cible idéale pour que JaVale se fasse plaisir. Coucou Portland, sa raquette totalement dépeuplée, et malheureusement délaissée par un Jusuf Nurkic blessé. Avec aussi peu de force intérieure côté Blazers, on se demandait justement si le pivot de Golden State allait pouvoir briller. Déjà, avoir du temps de jeu, et ensuite, en profiter sur le terrain. Sur le Game 1, ses 10 belles minutes étaient tellement appréciées par le public de l’Oracle qu’une mini-ovation lui était offerte. Hustle à foison, rebonds arrachés, intimidation défensive et le tout sans faire de conneries, McGee avait un impact fort sur la rencontre. Sur le Game 2 ? C’est peu dire s’il a fait encore mieux. Avec un Kevin Durant absent, des Splash Brothers maladroits et un temps de jeu en augmentation, JaVale a tout simplement été le facteur-X d’une rencontre dominée par ses Warriors : 7 sur 7 au tir, 15 points, 5 rebonds et 4 contres, le tout en 17 minutes seulement, paye ton remplaçant ! Grâce à ses bras interminables, son envie naturelle et sa capacité à toucher l’horloge des 24 en sautant, l’intérieur était au centre du run qui permettait à Golden State de ne plus regarder dans le rétroviseur. Une deuxième belle perf en deux rencontres, qui demande forcément une troisième en déplacement.

Steve Kerr l’avait annoncé, les coéquipiers aussi : il allait venir un moment où JaVale McGee allait avoir un impact déterminant sur une ou deux rencontres. On en a eu un petit exemple sur ce début de série, et c’est peu dire si ça fait plaisir à voir pour ce joueur avec un coeur gros comme ça.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top