Celtics

25 000 dollars d’amende pour Marcus Smart qui a lâché un majeur à un fan : ça fait cher le doigt

Tout va bien à Boston. Deux défaites en deux matchs, à domicile, et Marcus Smart qui ponctue le tout d’un majeur à un fan assis au premier rang : l’ambiance est royale chez les Celtics.

Est-ce à cause des huées qui sont tombées sur les joueurs de Brad Stevens hier soir, ou bien un pétage de plomb comme le meneur a déjà pu nous montrer par le passé ? Même si ce n’était pas aussi choquant cette fois, Smart avait un dossier déjà bien rempli avant de débarquer en NBA, le pitbull s’embrouillant avec du monde du public au niveau universitaire. Cette fois, c’est au TD Garden que les fils se sont touchés dans la tête de Marcus, en plein quatrième quart-temps d’un match difficile et perdu par les Celtics. On sentait d’ailleurs, pour ceux qui ont vu la rencontre, que le bouchon n’allait pas tarder à exploser. Magnifique de détermination, d’envie et de hustle, Smart était malheureusement en train de se rapprocher du ravin et une seule remarque pouvait le faire basculer vers le côté obscur. On peut dire que cela n’aura pas duré longtemps puisqu’un clin d’oeil du premier rang fût suffisant.

Tir loupé, retour en défense et majeur dressé à l’encontre d’un fan, qu’on imagine plutôt du côté des Bulls. C’était le symbole assez triste de ce Game 2 offert par les hôtes, eux qui se faisaient malmener par une équipe sereine de Chicago, consciente qu’elle pouvait imposer un nouveau revers au leader de la Conférence Est. Malheureusement pour Marcus, la NBA est une Ligue qui possède quelques caméras et la sanction n’a pas tardé à tomber : 25 000 dollars, merki. De quoi soûler Brad Stevens, le coach de Boston ayant autre chose à faire que de devoir donner des leçons de comportement à ses joueurs en ce moment. Les Celtics seront en déplacement pour les deux prochains matchs, deux must-win comme a confirmé Al Horford, l’intérieur n’ayant pas lâché de oid mais devant fermer quelques bouches au United Center.

Allez, on touche ensemble le fond de la pistoche et on remonte à la surface comme des grands. Direction Chicago pour jouer, se taire et ranger ses doigts. Merci.

Source : ESPN


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top