Los Angeles Clippers

Preview Game 2 Clippers – Jazz : Rudy Gobert absent, victoire obligatoire pour L.A.

Blake Griffin

On attend les Clipps en mode vener !

Souré image : YouTube - Clippers

Les Clippers se sont faits surprendre lors du Game 1 et n’ont plus le droit à l’erreur cette nuit, à partir de 4h30 au Staples Center, face au Jazz toujours privé de Rudy Gobert.

Malgré un Rudy Gobert poissard qui s’est blessé au bout de quelques secondes lors du premier match de Playoffs de sa carrière, les Clippers ont trouvé le moyen de perdre la rencontre et par la même occasion leur avantage du terrain, qu’ils étaient pourtant allés chercher avec sept victoires consécutives en fin de saison régulière. Crucifiés au buzzer par “Iso”Joe Johnson, les Angelinos ont été pour le moins décevants. Chris Paul, auteur d’un match statistiquement propre (25 points à 10/19 au tir, 11 assists, 7 rebonds, 3 interceptions pour un seul ballon perdu), attend du mieux dès cette nuit :

“Notre défense doit être meilleure, notre rythme, notre tempo, tout doit être meilleur. […] J.J. [Redick] est notre meilleur shooteur. C’est notre travail en tant qu’équipe et c’est mon travail en tant que meneur de jeu de lui trouver des positions ouvertes.”

Et pour cause, J.J.Redick a été sous-utilisé, puisqu’il n’a pris que 6 shoots pour 7 petits points inscrits. Pour le reste, Blake Griffin (26 points à 9/21, 7 rebonds, 3 assists, 1 steal mais 6 turnovers) et DeAndre Jordan (10 points, 15 rebonds, 3 contres) ont aussi fait leur match. Mais le Jazz a joué à sa main, en maitrisant le rythme. Et puis surtout, on y reviendra, le banc de Utah a bouffé celui des Clippers, en l’absence d’Austin Rivers, qui sera toujours sur la touche ce soir et devrait également l’être pour le Game 3.

En effet, côté Jazz, on pensait l’affaire bien mal embarquée quand Rudy Gobert se trainait sur le parquet du Staples Center comme une âme en peine. Mais ils se sont remobilisés autour de leur identité de jeu pour l’emporter. De la défense, du jeu demi-terrain et un petit rythme pour imposer leur patte sur la rencontre. Gordon Hayward, sans être exceptionnel, a été d’une activité exemplaire (19 points 10 rebonds en 40 minutes). Babac a fait du Babac. Boris Diaw, d’une justesse hors pair, a inscrit 7 points (à 3/4 au tir dont 1/1 du parking), délivré 6 caviars et pris 4 rebonds pour une seule perte de balle. Mais George Hill, auteur de 16 points samedi, le sait bien, ce sera une tout autre paire de manche cette nuit :

“On sait qu’ils vont être agressifs tout au long du match, et on va devoir être plus intelligents et se tenir prêts pour ça.”

De l’agressivité, il en faudra clairement plus côté Clippers, qui se sont faits bouger dans ce domaine. En particulier, les remplaçants du Jazz ont donné une leçon à celui des Angelinos, et c’est bel et bien là que le match s’est joué !

La clef du match : l’apport du banc

Qui l’eut crû ? L’absence d’Austin Rivers a peut-être changé le cours de ce Game 1. Faire ce constat est assez terrible pour les Clippers qui ne semblent pas avoir de marge dans cette série. Les qualités de scoreur et de playmaker de Rivers ont terriblement manqué en back-up de Chris Paul. Raymond Felton a lui été transparent avec 4 points, 1 passe décisive et 1 rebond en un quart d’heure passé sur le parquet. Et ce n’est pas Jamal Crawford – l’homme qui n’a jamais fait de passe, selon la légende – qui allait apporter du playmaking. Aucune passe décisive en 30 minutes de jeu pour l’arrière de 37 ans. Alors, on s’attend au moins à ce que le magicien s’emploie au scoring. Que nenni8 petits points à 4/12 au tir. Résultat : le banc des Clippers n’a marqué que 20 points contre 47 pour celui du Jazz. Ne cherchez pas, la différence s’est faite ici dans ce match. Pendant que Jamal Crawford et Marreese Speights balançaient des briques, Joe Johnson envoyait 21 points à 9/14 (dont 3/4 de loin) et Derrick Favors 15 points à 7/10. Favors aura un rôle d’autant plus important dans la raquette ce soir que Rudy Gobert ne sera évidemment pas encore de retour. Mais côté Clippers, il faut donc absolument que les joueurs qui sortent du banc step up. Jamal Crawford le premier. Et Doc Rivers serait bien inspiré de trouver des solutions. Il a notamment Brandon Bass et Wesley Johnson qui rongent leur frein sur le banc et qui n’ont pas grand chose à envier à Marreese Speights et Paul Pierce…

En tout état de cause, si l’apport du banc n’est pas meilleur, il y a fort à parier que les Clippers vont se faire punir, non seulement ce soir, mais sur la durée de la série, avec des titulaires qui s’épuisent… Réaction attendue de la part des Angelinos.

Source : ESPN


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top