Wizards

John Wall a annoncé la couleur ce weekend : ces Playoffs sont pour lui, Atlanta l’a bien compris

Dans la victoire gérée par les Wizards hier soir, John Wall a été fabuleux des deux côtés du terrain. Une performance qui a aussi servi de message vocal, laissé sur le répondeur de la concurrence : j’arrive, en courant.

La discussion avait lieu en toute fin de soirée ce dimanche, ou lundi au petit matin selon le sommeil de chacun. En bouclant ce premier weekend de Playoffs, on en venait à se demander qui avait été le plus impressionnant, le plus solide. Qui avait à la fois remporté son match, aligné les chiffres, impressionné les spectateurs et tapé du poing sur la table. Il y avait LeBron, évidemment, comme Kawhi et Harden, attendus de base. Il y avait aussi Giannis, sublime, Draymond, polyvalent, Butler, clutch. Et au milieu de tous ces noms ? John Wall, ou Wall-Star comme nombreux s’amusent à le répéter depuis des mois. Oui, au beau milieu de ces stars se trouvait le meneur de Washington, et pas pour faire figuration. Très honnêtement, dans sa gestion du match, la performance individuelle et la façon de l’emporter, Wall était un des trois joueurs les plus impressionnants de ce weekend. Un classement qui peut varier bien évidemment en fonction des préférences de chacun, mais bonjour le bordel que Jean Mur avait foutu dans la défense d’Atlanta.

Car au-delà des chiffres (32 points, 4 rebonds et 14 passes !), c’est surtout cette capacité à décider de la suite du match qui séparait le meneur des autres joueurs présents chez les Wizards comme chez les Hawks. Un coup d’accélérateur, plus personne. Quelques minutes de repos, et Atlanta qui recollait au score. Un troisième quart-temps merveilleux, plus personne. Et en fin de match, quand les visiteurs tentaient un dernier comeback ? C’est bibi qui terminait le boulot, en servant ses coéquipiers de façon idéale. Gortat, Morris, Beal, Porter, tous ont pris leur pied en jouant aux côtés de Wall hier soir, et sa performance était le reflet parfait de son impact sur la rencontre. Trop fort, trop puissant, trop déterminé et trop confiant en ses capacités. Si John est attendu en demi-finale, il faudra d’abord écarter les Hawks en répétant ce type de performance. Pas juste une fois, mais plusieurs fois, ce qui représente la marque… des plus grands.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top