Jazz

Joe Johnson assassine les Clippers au buzzer : 97-95 pour Utah, Joe Joe a encore frappé !

Incroyable finish au Staples Center, pour ponctuer une magnifique première soirée de Playoffs ! Joe Johnson s’est occupé du point d’exclamation, sur une performance remarquable du Jazz : la gagne au buzzer.

Difficile de ne pas se lever et applaudir Quin Snyder ainsi que ses hommes, pour ce qu’ils viennent d’accomplir sur le parquet des Clippers. Non pas qu’une simple victoire soit un élément suffisamment beau pour se toucher dessus, simplement le contexte de la rencontre était tendu. Pourquoi ? Tout simplement car au bout de 20 secondes de jeu seulement, Rudy Gobert quittait les siens sur une entorse au genou. Le genre de vision qui fait bien flipper, surtout quand on connaît l’importance du pivot dans la réussite du Jazz des deux côtés du terrain. Mais comme Joe Johnson l’affirmait en sortie d’exploit, le down soudain laissait ensuite place à une motivation collective : on va y arriver, on est dans le mal mais on va y arriver. Et grand coup de chance pour les visiteurs venus de Salt Lake City, face à eux les Clippers s’ajustaient magnifiquement à la situation. Au lieu de punir Utah et les enfoncer dans leur sale soirée, Blake Griffin et compagnie s’enfonçaient eux-mêmes, dans un trou bien connu. Chris Paul avait beau multiplier les exploits, Marreese Speights avait beau motiver ses troupes, les hôtes n’étaient pas au niveau émotionnel de leur adversaire.

Et c’est justement collectivement que le Jazz parvenait à l’emporter sur ce Game 1, malgré le point final qui reviendra au seul Joe Johnson. Le vétéran le sait, pour pouvoir tuer les Clippers à la sirène, il fallait que le scénario idéal soit installé. C’est notamment Gordon Hayward, à mi-distance, qui mettait les siens sur son dos. C’est notamment Joe Ingles, en défense, qui ajoutait sa main à la mission. C’est aussi Derrick Favors, enfin épargné par les blessures, qui faisait un boulot monstre sous les arceaux. Ajoutez un peu de Rodney Hood, un tir venu d’ailleurs de George Hill et le coaching magistral de Quin Snyder, et vous obtenez cette séquence ultime. Joe Johnson, balle en main, alors que les Clippers viennent d’égaliser. Pourquoi prendre un temps-mort et permettre à Doc Rivers de s’ajuster ? Gâteau à la crème pour Iso Joe, c’est Jamal Crawford qui se retrouve en défense sur la bête. Et déjà que Johnson est clutch de naissance, lui mettre un lampadaire comme défenseur revient à se tirer une balle dans le pied. Le septuple All-Star drive dans la peinture, envoie un petit tir très compliqué au-dessus des bras de DeAndre Jordan, la balle ricoche sur l’arceau puis… transperce le filet au buzzer ! Ball game ! Une victoire au coeur et aux tripes pour ce groupe qui démarrait la soirée la tête dans le seau, mais repartait avec le plus beau des cadeaux. Un avantage du terrain récupéré, avant un Game 2 que les Clippers devront absolument remporter : pas de problèmes, le plus dur a été fait, en attendant les nouvelles concernant Rudy.

Game 1, Utah. Un match qui partait mal, n’aurait pas dû leur revenir, mais montrait une première vraie différence entre les groupes : un solidaire et motivé, contre un en manque de sérieux. Bientôt viendront les ajustements dans chaque camp, mais le Jazz vient de réaliser une énorme opération.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top