Spurs

Preview Game 1 Spurs – Grizzlies : début de série ou début de boucherie ?

Spurs

Il y a du Grizzly au menu !

Source : NewsOK

Si par le passé cette série nous a offert de magnifiques luttes entre deux équipes à la défense de fer, on craint cette fois-ci que la bataille ne tourne court.

Dès le Game 1, cette série promet d’être accrochée entre deux grosses défenses qui ont un style de jeu similaire. Les Spurs ont le meilleur defensive rating de NBA et n’encaissent que 98,1 points par match, soit le deuxième plus faible total après le Jazz. Memphis se classe troisième avec 100 points encaissés par match. Au niveau du rythme, c’est bien évidemment plus mou, les deux franchises font partie des quatre équipes ayant le tempo le plus lent de NBA. Bref, la force de ces deux équipes, c’est avant tout leur système défensif et le jeu sur demi-terrain. Par le passé, Spurs et Grizzlies se sont rencontrés quatre fois en Playoffs, pour trois sweeps des Spurs. Mais la dernière fut le théâtre d’un affrontement épique en 2011 qui a vu Memphis, huitième, réaliser un upset mémorable, avec un Zach Randolph monstrueux à l’époque. La perspective de réitérer cet exploit est bien moins crédible cette année. Série accrochée, oui, mais serrée, c’est une autre affaire. D’un côté, San Antonio est une très belle machine orchestrée de main de maître par Gregg Popovich et menée avec talent par Kawhi Leonard, le troisième homme dans la course au MVP et au DPOY. Les Spurs terminent donc sereinement à la deuxième place à l’ouest, forts de leurs 61 victoires et se qualifient pour une 20ème campagne de Playoffs consécutive, de loin la plus longue série en cours (Atlanta, deuxième, est loin derrière avec 9 participations de suite). Les Spurs sont en confiance, ont l’expérience de la postseason et sont en parfaite santé. A l’inverse, des certitudes, les Grizzlies en ont beaucoup moins de leur côté. En difficulté en cette fin de saison, les Grizzlies semblent au bout du rouleau et ont abandonné la course à la sixième place en perdant sept de leurs dix derniers matchs. Au rayon blessures, Chandler Parsons est une erreur de casting, il est out pour la fin de saison, et son opulent contrat dure encore 3 ans. Dur. Mais le pire, c’est la dernière nouvelle, qui risque de ruiner tout espoir : Tony Allen a été victime d’une déchirure au mollet lors de la défaite des siens face à Dallas. Le calice jusqu’à la lie.

La clef du match : la défense sur Kawhi Leonard

En temps normal, on aurait pu parler de bien d’autres choses. Les Grizzlies avaient tant de défis à relever et David Fizdale et avait tant de coups tactiques à tenter pour faire basculer cette série en leur faveur. Mais leur poisse nous oblige à poser la question qui fâche, l’urgence absolue : qui va bien pouvoir défendre sur Kawhi Leonard en lieu et place de Tony Allen, le spécialiste défensif sélectionné à chaque fois dans les All-Defensive Team ces 5 dernières années ? JaMychal Green ? Trop grand et trop lent. Vince Carter ? En théorie, oui, mais à 40 piges bien tassées, beaucoup moins. Et sur la durée d’un match, c’est même impossible. Du coup, David Fizdale connait son premier ajustement sur cette série, avant même qu’elle ne commence : contenir Kawhi sans son pitbull et champion NBA 2008 avec les Celtics, Tony Allen. On lui souhaite bien du courage. S’il n’y parvient pas, les Spurs risquent de découper ses Grizzlies en rondelle pour mieux les faire griller au barbec’ et les déguster accompagnés par une exquise sauce texane. Mais attention, la viande d’ours n’est pas toujours très tendre. Gare à l’indigestion.

1 Comment

1 Comment

  1. JuL

    16 avril 2017 à 0 h 38 min at 0 h 38 min

    Oh frate, je lis tes articles en mangeant du propcorn, le sang continues comme ça frelon
    Bonne année, mercé, olé, voté mélenché

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top