Cavaliers

Larry Sanders coupé par les Cavs : juste avant les Playoffs, ça c’est un pur cadeau

Larry Sanders weed

Allez, à la prochaine mon Larry.

Source image : sportsexycool.com

Test raté, mais bien essayé. Voilà comment pourrait-on résumer le comeback de Larry Sanders en NBA, lui qui vient de se faire remercier par les Cavs à quelques jours des Playoffs.

On s’y attendait un peu, en espérant pour le géant que le timing ne soit pas si hardcore à digérer que cela. Sans obtenir de véritable opportunité de la part de Tyronn Lue, le grand Sanders espérait pouvoir montrer deux trois éléments positifs sur les parquets, mais non. Non, même avec la blessure de Tristan Thompson, même avec des Cavs parfois à la ramasse ces derniers temps, pas de main tendue vers Larry qui a finalement compris que son profil n’était plus dans les plans de son entraîneur. Pourtant, c’est peu dire si Cleveland aurait pu le tester un minimum, mais on va éviter de rentrer pour la 257ème fois dans l’analyse nauséabonde du coaching de Lue. Pour Sanders, il était question de comeback, de rédemption, une à la fois réussie car il a pu réintégrer le circuit, mais aussi loupée car il n’a pas pu la prolonger jusqu’aux Playoffs. Apparemment trop juste physiquement et loin de pouvoir tenir plusieurs minutes, le pivot a été testé en D-League, sans succès. Ce sera donc l’heure des vacances pour lui, et d’une prochaine opportunité à la rentrée.

Car mine de rien, le plus important a été fait : remettre un pied en NBA, malgré l’image borderline qu’il possédait. Si ce n’est qu’une question de condition physique, de rythme et de répétition, Sanders sera le premier à se casser le cul cet été pour arriver en pleine forme à la reprise. Et à ce moment-là ? Oui, bien des équipes pourront l’approcher sans avoir peur de croiser un no life puant la weed. D’où l’utilité de ce comeback, avoir une trace, une preuve qu’il a été capable de mettre ses démons derrière lui. Maintenant, il faudra bosser cet été car la place est bien là, dans une Ligue où les tours de contrôle défensives sont adorées. Côté Cavs, c’est Edy Tavares qui sera signé pour apporter de la taille et de la défense, le phénomène drafté par les Hawks ayant fait quelques nettoyages bien sérieux en D-League cette saison (2,7 contres de moyenne). Pour la touche karma, c’est évidemment Dahntay Jones qui a lui aussi rejoint LeBron et sa bande, afin de fermer quelques bouches et retourner en Finales NBA.

On peut faire de ce comeback une défaite, ou bien voir les choses plus positivement. Certes, Larry Sanders n’a pas pu jouer et galérera encore un peu, mais qui avait annoncé qu’il rejouerait en NBA en septembre dernier ?

Source : Yahoo Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top