Thunder

Oscar Robertson dédie une tribune à Russell Westbrook : un soutien de plus dans la course au MVP

Russell Westbrook

Passage de témoin en bonne et due forme.

Source image : Twitter @TNT

Oscar Robertson, pas rancunier d’avoir dû léguer son record de triple-doubles à Russell Westbrook, a publié une tribune dans The Undefeated pour rendre hommage à son héritier… et lui apporter son soutien dans la course au MVP !

“Je ne pourrais pas être plus heureux pour lui. Félicitations à Russell Westbrook pour cette magnifique saison.”

Voilà comment Oscar Robertson, grand seigneur, entame son propos dans The UndefeatedUne réaction à l’image du joueur qu’il était, immense et irréprochable. Dans un long article, Big O a pris la plume pour féliciter Russell Westbrook, qui l’a destitué de son record de triple-doubles sur une saison, en réalisant son 42ème, auteur de 50 points, 16 rebonds 10 assists et du tir de la gagne au buzzer dans la victoire des siens face au Nuggets. Extraits :

“Les records sont une partie de votre héritage, une trace de l’empreinte que vous laissez sur votre sport. Et, oubliez le cliché “les records sont fait pour être battus”. Si quelqu’un bat votre record, cela signifie qu’il a atteint un niveau d’excellence qui force le respect. Le parcours de Westbrook pour battre mon record a été remarquable, et je suis heureux de le féliciter pour l’avoir fait. […] J’admire l’impact global de Westbrook sur tous les aspects du jeu. Il est un merveilleux athlète qui joue avec intensité, style et qui est très excitant à voir jouer. Sa performance cette saison est impressionnante. Il aurait été grand à n’importe quelle époque.”

Jolie marque de respect d’Oscar Robertson qui ne montre pas une grande aigreur à l’égard de l’époque actuelle, contrairement à certains anciens joueurs. Mais Oscar Robertson ne s’arrête pas à de vains mots. Pour donner encore un peu plus d’ampleur à son hommage, Big O a tenu à militer pour que Russell Westbrook soit MVP cette saison, en donnant trois raisons (assez convenues il faut dire) :

“Mon vote de MVP revient à Westbrook, voici pourquoi:

1) Il a pris en charge l’attaque du Thunder après le départ de Kevin Durant aux Warriors.

2) Cette saison, il bat n’importe quel meneur ou arrière en face à face.

3) Le plus important, il devrait être récompensé pour son jeu remarquable et ses accomplissements individuels.”

Rien de bien novateur, mais juste une façon de montrer que, selon lui, il n’y a pas photo. Russell Westbrook est bien le MVP de la Ligue. Si les débats vont encore aller bon train pour savoir qui de James Harden ou Russell Westbrook (ou les deux ?) doit remporter cette distinction individuelle, Big O est un soutien de poids pour le dossier de Russ. Dans la deuxième partie de sa tribune, Oscar Robertson revient sur son époque, pour ne pas “les laisser oublier à quel point nous étions bons”, comme le disait Wilt Chamberlain. Ah ! Quand même, il ne perd pas le nord. Rendant hommage à tous ses adversaires, il rappelle aussi qu’en 1961-62, fameuse saison de ses 41 TD, Big O n’avait pas remporté le trophée de MVP. Juste devant lui : Wilt Chamberlain, qui tournait à plus de 50 points et 25 rebonds de moyenne. Aussi incroyable que cela puisse paraitre, lui non plus ne fut pas MVP. L’élu fut bel et bien Bill Russell, le pivot légendaire des Celtics, l’équipe qui laissait “aux autres les chiffres, et gagnait les bagues”, selon Robertson.

C’est avec classe qu’Oscar Robertson laisse donc son héritage à Russell Westbrook. Ce dernier efface avec brio le record de Big O mais jamais le joueur qu’il a été, ni les années 1960, période faste de la NBA.

Source texte : The Undefeated


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top