Old-School

Le pire souvenir en Playoffs des Celtics : 1987, le “junior sky-hook” de Magic Johnson

Les Playoffs approchent à grands pas, et s’ils sont très souvent synonymes de belles histoires à raconter à ses gosses, ils peuvent aussi réserver de superbes cauchemars de derrière les fagots. Pendant 30 jours, TrashTalk vous fait revivre ces tragédies qui hantent encore les têtes des fans de chaque franchise. Cette fois, c’est au tour des Celtics de Boston de grincer des dents et de se souvenir de l’époque où une légende des Lakers empruntait un geste… à une autre légende des Lakers.

Consulter les autres cauchemars :
Nets / Lakers / Sixers / Suns / Magic / Kings / Knicks / Wolves / Hornets / Pelicans
Bulls / Mavericks / Pistons / Heat / Nuggets / Blazers / Pacers / Grizzlies / Bucks
 Thunder / Hawks / Clippers / Wizards / Jazz / Raptors / Rockets

Le contexte

On est en 1987, les Celtics de Boston affrontent de nouveau les Lakers de Los Angeles en Finales, deux ans après avoir remporté le titre face à eux. Larry Bird et Magic Johnson se livrent alors l’une des plus belles rivalités de l’histoire, et le destin va de nouveau choisir un gagnant et un perdant. A cette époque, Byron Scott était utile aux Angelinos, Kevin McHale n’était pas encore un moniteur de centre aéré, et le rejeton de Mychal Thompson avait « moins 3 ans ». La série commence très mal pour les Celtics qui encaissent deux branlées de 25 et 19 points lors des deux premiers matchs en terre californienne, toutefois ils parviennent à se ressaisir et remporter la troisième manche devant leur public. Le score est donc de 2-1, le Game 4 se dispute également au Boston Garden et les deux franchises se rendent coup pour coup. Les Celtics, devant pendant la majorité du match voient les Lakers passer devant à 30 secondes de la fin, sauf que Larry Bird ne l’entend pas de cette oreille et plante un shoot depuis le centre-ville pour reprendre 2 points d’avance. Il reste 12 secondes au chrono lorsque Kareem Abdul-Jabbar se présente sur la ligne de réparation. A cet instant précis, on se dit que les Celtics sont en excellente position pour l’emporter à domicile et relancer ces Finales.

La suite des évènements

Sauf que tout ne va pas réellement se passer comme prévu. Sans que l’ancien Lew Alcindor soit forcément un grand tireur de lancers-francs (56% en carrière), il convertit tout de même le premier, mais le second sera malheureusement manqué. On pense alors que Boston va l’emporter, sauf que le ballon retombe dans des mains pourpre et or… Les Celtics peuvent encore réaliser un stop, mais la suite appartient à Magic Johnson, qui, malgré la présence défensive de Kevin McHale, Robert Parish, Larry Oiseau et environ 120% du Massachusetts, va emprunter le geste de son meilleur marqueur de l’histoire de coéquipier et envoyer un sky-hook létal pour repasser devant à quelques secondes du terme. Larry Bird a beau tenter d’envoyer une ogive désespérée pour reprendre l’avantage, le shoot manquera sa cible et les Lakers frappent un grand coup en allant chercher une avance de 3-1 chez le rival honni. Larry Bird déclarera par la suite que s’il est possible de perdre sur un sky-hook face aux Lakers, c’est beaucoup moins probable que l’auteur soit Magic Johnson, qui pour l’occasion, a rebaptisé son geste « junior sky-hook », une version légèrement plus petite que celle de KAJ. Une réelle option sur le titre est alors prise sur les Celtes, et s’ils gagnent le match 5 à domicile, le game 6 sera trop dur à remporter et sera donc synonyme de titre pour les Lakers, devant leur public, à l’époque où on ne détruisait pas encore des avances de 3-1 en Finales. Les Celtics n’ont plus que leurs yeux pour pleurer, mais ce bras roulé avait déjà mis un gros coup de chevrotine à leurs espoirs de titre. Allez, whisky.

L’arrêt sur image

Junior sky-hook

Et non, il ne s’agit pas de Kareem Abdul-Jabbar

Le pire souvenir de chacun peut inévitablement changer, certains penseront au blowout lors du match 6 en 2008, la perte (vraiment) préjudiciable de Kendrick Perkins en 2010, ou le Game 6 de LeBron en 2012. Mais dans la majeure partie des cas, pour les fans des Celtics, le plus grand cauchemar qui refait surface à l’approche de la post-season est inévitablement ce sky-hook salvateur de Magic Johnson. On se retrouve demain pour faire le point sur un nouvel événement qui rappellera de mauvais souvenirs à une nouvelle franchise.

Consulter les autres cauchemars :
Nets / Lakers / Sixers / Suns / Magic / Kings / Knicks / Wolves / Hornets / Pelicans
Bulls / Mavericks / Pistons / Heat / Nuggets / Blazers / Pacers / Grizzlies / Bucks
 Thunder / Hawks / Clippers / Wizards / Jazz / Raptors / Rockets


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top