Les Sophomores

Sophomore de l’Année 2016-17 : on est à court de jeu de mots pour Karl-Anthony Towns

Sophomore Karl-Anthony Towns

Euh… Miaou ?

Source image : www.sketchport.com

Quand on est rookie, on découvre un nouveau monde, et parfois la transition peut être compliquée pour des jeunes hommes tout juste pubères. Mais l’excuse n’est plus valable en attaquant la deuxième saison dans la Grande Ligue. On attend donc les jeunots de l’an dernier plus matures pour confirmer ou rebondir. On suivra avec attention l’évolution des sophomores dans leur passage à l’âge adulte.

Le sprint final est lancé chez les sophomores. Et comme s’il en avait besoin, Karl-Anthony Towns a accéléré. Pas très sympa pour les mecs qui apercevaient à peine son fion tellement ils étaient loin derrière.

Place Sophomore Bilan du mois

10

(Wild Card)

Willie Cauley-Stein
Willie Cauley-Stein

Stats du mois : 11,9 points à 49,3%, 7,3 rebonds et 2,3 passes en 31,7 minutes

Stats de la saison : 7,5 points à 53,1% sans connaitre le chemin du parking, 3,9 rebonds et 1 passe en 18 minutes

Voir coup de cœur.

9

(-)

Emmanuel Mudiay
Nuggets Emmanuel Mudiay

Stats du mois : 4,6 points à 42,9% dont 42,9% du parking, 1,4 rebond, 1 passe en 9,1 minutes

Stats de la saison : 10,8 points à 37,1% dont 31,1% du parking, 3,2 rebonds, 3,8 passes en 25,8 minutes

Voir coup de gueule.

8

(baisse)

Jahlil Okafor
Jahlil Okafor

Stats du mois : 12,6 points à 50,5%, 4,8 rebonds, 1,6 passe en 21,3 minutes

Stats de la saison : 11,8 points à 51,4% sans connaitre le chemin du parking, 4,8 rebonds, 1,2 passe en 22,7 minutes

Avec le tank de retour à Philly pour cette fin de saison, Jahlil Okafor a eu un peu plus de possibilité de jouer. Et de prouver que son avenir ne se dessinait certainement pas en Pennsylvanie. Entre quelques DNP, des titularisations et des sorties de banc, il reste quoiqu’il arrive dans l’ombre de Dario Saric. Et encore Embiid et Simmons sont à l’infirmerie alors que Noel s’est barré. En même temps, le mec est un véritable anachronisme.

7

(hausse)

Frank Kaminsky
Frank Kaminsky

Stats du mois : 12,9 points à 40,5% dont 32,8% du parking, 4,1 rebonds, 1,9 passe en 28,8 minutes

Stats de la saison : 11,6 points à 39,9% dont 32,4% du parking, 4,7 rebonds, 1 passe en 26,2 minutes

Alors qu’il était au taquet depuis le début du mois de février, Frank Kaminsky a ralenti la cadence. La faute à des soucis physiques qui lui ont fait passer quelques temps sur la touche. Dommage parce qu’il semblait avoir trouvé son rythme de croisière. Et comme c’est vite le désert dans la raquette des Hornets, même un stretch 4 comme lui faisait du bien. Le mec a fait sa place dans la rotation, il l’aura encore l’an prochain.

6

(baisse)

Myles Turner
Myles Turner

Stats du mois : 10,9 points à 46,2% dont 15,4% du parking, 7,3 rebonds, 1,9 passe en 31,8 minutes

Stats de la saison : 14,6 points à 51% dont 34,3% du parking, 7,2 rebonds, 1,3 passe en 31,1 minutes

À l’image de sa franchise, la saison de Myles Turner nous laisse sur notre faim. On ne peut pas dire qu’il n’a pas été bon, mais on attendait mieux. Peut-être sommes nous exigeants, mais avec ses qualités athlétiques et ce qu’il avait laissé voir en fin de saison dernière, on le voyait plus haut dans ce classement et plus important au sein des Pacers. Allez, on y croit encore et la troisième année dans la Ligue sera la bonne pour s’affirmer. Sauf s’il joue comme sur ce mois de mars.

5

(hausse)

D’Angelo Russell

D'Angelo Russell

Stats du mois : 18,6 points à 42,9% dont 36,4% du parking,2,8 rebonds, 4,8 passes en 33,2 minutes

Stats de la saison : 15,7 points à 40,8% dont 35,7% du parking, 3,5 rebonds, 4,8 passes en 28,4 minutes

Et si DLoading avait enfin téléchargé le bon logiciel pour cartonner ? Son festival offensif face à Kyrie Irving pourrait bien être le déclic, quelques jours après s’être fait traiter de baltringue de manière à peine cachée par Draymond Green pour ne pas assumer une poussette sur Greg Monroe. En même temps, les Lakers s’en tapent un peu qu’il soit peureux, l’important c’est plutôt qu’il soit capable de mener la franchise. On se demande toujours si c’est le cas, mais ce mois est plaisant, il faut capitaliser dessus pour la saison prochaine. Et éviter les passages au Shaqtin.

4

(-)

Kristaps Porzingis
Poupluche Kristaps Porzingis

Stats du mois : 18,1 points à 44,2% dont 27% du parking, 8,1 rebonds, 2,1 passes en 33,3 minutes

Stats de la saison : 18,1 points à 44,6% dont 35,6% du parking, 7,3 rebonds, 1,5 passe en 32,8 minutes

On se répète beaucoup depuis le début de la saison avec le sophomore des Knicks, mais quelle frustration de le voir dans une telle galère. Sa saison reste de bonne facture, surtout dans de telles conditions, mais on aimerait tellement le voir en tant qu’homme de base d’un projet avec un vrai coach pour exprimer son potentiel. Au final, les progrès sont légers cette année. Mais est-ce vraiment de sa faute ? Prions pour que les choses s’arrangent en 2017-18, mais on a du mal à y croire vu que Phil Jackson va rester aux commandes et que Jeff Hornacek appliquera l’attaque en triangle du Président des opérations basket. Oui, on a vomi en écrivant ça.

3

(baisse)

Devin Booker
Devin Booker

Stats du mois : 25,3 points à 43,2% dont 35,1% du parking, 4,6 rebonds, 4 passes en 35,9 minutes

Stats de la saison : 21,8 points à 42,6% dont 36,8%, 3,2 rebonds, 3,3 passes en 34,9 minutes

Bledsoe au repos jusqu’à la fin de la saison, c’est bonus pour Devin Booker. Le sophomore des Suns confirme tout le bien qu’on pensait de lui et il est le second joueur après Kyrie Irving à proposer plus de 20 points et 3 passes tout en shootant à plus de 37% derrière l’arc en ayant moins de 21 piges (même si depuis, il est repassé sous cette barre). Ah oui, il parait qu’il a également envoyé 70 pions dans un match. Pas mal. L’an prochain, c’est le statut de star qu’il doit atteindre. Point.

2

(hausse)

Nikola Jokic
Nikola Jokic

Stats du mois : 19,1 points à 60,3% dont 20% du parking, 11,7 rebonds, 5,9 passes en 29,4 minutes

Stats de la saison : 16,3 points à 58,1% dont 33,3% du parking, 9,6 rebonds, 4,8 passes en 27,4 minutes

Après son léger coup de mou suite au All-Star Weekend, le Joker a repris sa marche en avant. Au point de mener les Nuggets en Playoffs ? Cela reste compliqué mais jouable. En tout cas, ses résultats collectifs lui donnent un bel avantage par rapport à nombre de ses concurrents qui luttent pour gagner des matchs. Et si jamais Denver échoue à se qualifier pour la postseason, on a déjà hâte de le revoir l’an prochain.

1

(-)

Karl-Anthony Towns
Karl-Anthony Towns

Stats du mois : 27,6 points à 57,3% dont 40,7% du parking, 11,7 rebonds, 1, 9 passe en 38,7 minutes

Stats de la saison : 24,7 points à 53,5% dont 35,7% du parking,12,1 rebonds, 2,7 passes en 37 minutes

Meilleur pivot de la Ligue ? Oui, rien à ajouter. Si en fait : on veut les Playoffs à Minny l’an prochain et le KAT dans les 10 au classement du MVP.

Coup de cœur : Willie Cauley-Stein

Il débarque un peu tardivement dans le classement pour pouvoir prétendre à plus qu’un coup de cœur, mais sa fin de saison mérite d’être soulignée. Depuis que DeMarcus Cousins a quitté l’asile, Willie Cauley-Stein et Skal Labissière ont tout d’un coup plus de place dans la raquette et plus d’opportunités pour s’exprimer. Et comme Dave Joerger a fait un super taf cette année quant au développement des jeunes pousses des Kings, on obtient un mois de mars de qualité pour l’ancien de Kentucky (le sophomore bien sûr, mais le rookie est dans le même cas). De l’énergie, du cœur, des qualités athlétiques… tout ce qu’on attend d’un pivot dans la NBA actuelle. Alors on va le laisser bosser encore plus avec son coach et on le retrouve l’an prochain pour vraiment franchir un palier.

Coup de gueule : Emmanuel Mudiay

Hé Manu, tu descends ? – Pour quoi faire ? – Ben, c’est ton destin ! En effet, Emmanuel est descendu bien bas et son destin semble de plus en plus loin du Colorado puisque Mike Malone ne compte plus vraiment sur lui. La preuve, il n’a pris part qu’à cinq rencontres en mars pour un total de 46 minutes. Alors que le mec devait être le moteur de la base arrière de la franchise, il n’est aujourd’hui que la cinquième roue du carrosse. Tandis que ses coéquipiers se battent pour arracher les Playoffs, l’ancienne star du lycée qui a préféré s’amuser en Chine plutôt que passer par la case NCAA est au fond du trou et ses stats n’ont fait que décliner depuis le début de la saison. Remonter la pente sera difficile et une chose est sûre : cela passera par un trade qui lui permettra de retrouver du temps de jeu pour s’épanouir. Pas sûr que grand monde soit prêt à miser sur lui, surtout qu’il n’a pas prouvé qu’il avait le potentiel pour devenir un meneur titulaire en NBA.

 

Il reste quelques matchs à nos sophomores avant de partir en vacances. Pas de quoi bouleverser le classement, mais suffisant pour nous donner rendez-vous la saison prochaine. Car mine de rien cette promo 2015 est prometteuse avec un quatuor de tête qui représente l’avenir de leur franchise respective, alors que d’autres doivent encore s’affirmer.

*Stats avant les matches du 31/03/2017

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top