Rockets

Mike D’Antoni en Coach de l’Année : pour son pote Steve Kerr, c’est un grand oui

Plus que quelques jours de saison régulière, et une bataille se livre aussi chez les entraîneurs. Les candidats sont nombreux, mais pour celui qui l’a obtenu l’an passé, il n’y a qu’un choix évident : c’est Mike D’Antoni.

Si James Harden et Russell Westbrook dominent l’actualité en offrant une belle lutte pour le titre de MVP, difficile de ne pas regarder le trophée de Coach de l’Année et ne pas avoir le même niveau de transpiration. Car cette saison ? Nombreux sont les entraîneurs qui ont proposé des dossiers satisfaisants, entre comeback réussi dans la Ligue et progression fulgurante, entre remontée au classement et sérénité du groupe dans les hauteurs de sa conférence. L’an passé, Steve Kerr était logiquement reparti avec la couronne puisqu’il avait mené ses Warriors vers un historique bilan de 73 victoires pour seulement 9 défaites, mais le stratège de Golden State sait qu’il devra laisser sa place à un confrère de la Ligue. Spoelstra ? Stevens ? Kidd ? Popovich ? Snyder ? Brooks ? Nope. Pour Kerr, le choix le plus logique semble se situer du côté de Houston, avec un Mike D’Antoni merveilleusement entouré de Rockets en feu depuis la fin du mois d’octobre. Un dossier soutenu par beaucoup de monde, et donc aussi par Steve, qui mine de rien était son General Manager à l’époque des Suns…

“Je pense que le mariage entre la philosophie de jeu de Mike et son effectif a été parfait. Il est très bon dans l’art de donner confiance et croyance à ses joueurs. Ils réalisent une saison évidemment incroyable, à mon avis c’est lui qui repartira avec le trophée. Il l’a mérité.

Il y a certainement d’autres entraîneurs qui font partie de la discussion. Spoelstra a réalisé un travail fantastique, Popovich on pourrait lui filer le trophée tous les ans, mais je pense que Mike a été exceptionnel, quand on compare le niveau actuel de son équipe avec celui qui était projeté en début de saison.”

Là où Kerr marque un point, c’est dans la progression du bilan, d’une saison à l’autre. Après les 41 wins de l’an dernier, nos amis les Rockets en sont déjà à 51 et pourraient taper la barre des 55 victoires en fin de saison. Un jump fulgurant, qui permettra à D’Antoni de figurer chez les favoris. Mais que dire d’Erik Spoelstra, qui se démerde comme un génie avec trois bouts de ficelles et une détermination exemplaire ? Et si Brad Stevens termine en tête de la Conférence Est, devant le champion en titre ? Peut-on parler du retour de Scott Brooks en NBA, lui qui a installé les Wizards dans les poids lourds de la Ligue ? Pourquoi ne pas souligner le taf de Quin Snyder, lui a connu beaucoup de blessures mais hisse le Jazz dans le Top 4 de la terrible Conférence Ouest ? Un vrai casse-tête sera présent dans le quotidien des votants, mais pour le moment il est clair que D’Antoni a le lead. Il faudrait que Washington rattrape son bilan ou que Miami termine sur une série impressionnante de victoires pour que la hiérarchie bascule, mais on peut suivre Kerr dans ses déclarations : le dossier de l’ancien moustachu est top.

Dans une saison qui a vu zéro (!) entraîneurs se faire virer, Mike D’Antoni est probablement celui qui a le plus étonné avec ses Rockets. On parlait de Houston comme d’une équipe qui serait follement amusante l’été dernier, mais combien étaient-ils à annoncer une place sur le podium de l’Ouest…?

Source : SF Chronicle


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top