Thunder

Russell Westbrook, le titan : 57 points, 13 rebonds et 11 passes, Orlando théâtre de l’histoire !

En déplacement à Orlando cette nuit, Russell Westbrook n’a pas seulement mené les siens vers une nouvelle victoire dans un comeback surréaliste : le monstre a encore une fois bousculé l’histoire avec ses épaules en fer.

C’est qu’on en vient à se demander ce qui peut arrêter le bonhomme. Pire encore, on pourrait presque affirmer que tout est concrètement possible avec le Brodie. Anything is possible, gueulait Kevin Garnett avec sa casquette enfoncée sur le crâne en juin 2008. Autant dire que Westbrook susurrait la même chose avec un sourire d’ange, avant de mener un nouveau comeback dantesque en Floride. Il y a deux jours, c’est à Dallas que Russell réalisait un exploit taille MVP en effaçant un retard de 13 points en l’espace de trois minutes. Avec le tir de la gagne, un énième triple-double et une balle explosée au buzzer par satisfaction, Westbrook écrasait à lui seul les espoirs des fans texans avant de prendre l’avion. Direction Orlando, pour jouer un Magic certes éliminé de la course aux Playoffs, mais loin d’abandonner quelconque rencontre. Et pendant trois quart-temps, ce sont bien les potes d’Evan Fournier qui menaient la danse, pensant assurément que cette fois, l’écart serait trop important pour qu’un seul homme ne pisse dessus. Près de 20 points de retard en deuxième mi-temps, une tuile pour certains, un Tuc pour Westbrook.

Lancers, trois-points, distribution, moins de balles perdues après les vendanges du premier quart-temps, gueulantes sur ses potes, demandes d’écrans, run run run, et la salle du Magic qui commençait à trembler devant la bête, il fallait voir l’artiste sur place ou en direct pour comprendre tout le poids de sa présence. Comme sur cette flèche à quelques secondes de la fin du match, pour égaliser, à trois-points. C’est comme si, en le prenant, les fans d’Orlando savaient ce qui allait leur arriver, ceux de Dallas leur faisant un clin d’oeil avec une larme coulant le long de leur joue. Prolongation, rien de pire face à un mutant de son espèce, Russell hissant son Thunder vers la victoire et quittant une nouvelle arène sous ses trois lettres préférées : MVP, MVP, MVP chantait une bonne partie du public présent sur place, ne pouvant que s’incliner face au phénomène. Après la désillusion de dimanche à Houston, Westbrook s’offrait un comeback monstrueux à Dallas puis à Orlando, comme pour renverser à nouveau la course et balancer un jet d’encre personnel dans les livres d’histoire.

57 point, 13 rebonds et 11 passes au final. Le plus gros total de points de l’histoire pour un triple-double. Son 38ème de la saison, à trois petites unités d’Oscar Robertson. Seul joueur de tous les temps à réaliser deux triple-doubles à 50 points… avec James Harden. La course prend des proportions légendaires, on ne peut qu’apprécier les deux artistes : quel putain de pied.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top