Knicks

Carmelo Anthony est perdu : “Je ne connais même plus mon rôle, pour être honnête”

Soirée quasiment parfaite pour les Knicks, qui ont perdu contre Miami, perdu toute chance de se qualifier en Playoffs, et perdu Carmelo Anthony par la même occasion : le vétéran est paumé aujourd’hui.

S’il y a bien une chose qu’on ne pourra jamais affirmer concernant Melo, c’est qu’il foutait le bordel dans les médias lorsqu’il évoluait à New York. Exceptionnellement calme dans le bordel géré majestueusement par Phil Jackson, l’ailier gardait un calme assez exemplaire compte-tenu des histoires qui l’entouraient au quotidien. Seulement, à force de tenir face à la pression, il allait forcément y avoir un moment chaud, une sorte de goutte qui fait déborder le vase. Et ce moment est venu hier soir, après la nouvelle défaite des Knicks devant leur public. Après avoir pourtant battu les Pistons l’avant-veille, dans un rare match où le Big Three de Gotham plantait plus de 60 points, Anthony pensait que cela irait un peu mieux mais son équipe n’a pas pu tenir face au Heat et ce sont les Playoffs qui sont devenus officiellement hors d’atteinte avec ce nouveau revers. Interrogé par différents journalistes après la rencontre, Melo ne pouvait qu’être honnête sur sa situation actuelle… aussi chelou soit-elle. Alors, c’est quoi ton rôle sur cette fin de saison ?

“Je ne connais même pas mon rôle. Je ne connais même plus mon rôle, pour être honnête. Je suis juste ici pour essayer d’aider ces gars et les garder motivés, dans une attitude positive. Aujourd’hui, je pense que mon rôle est d’être là pour eux, les plus jeunes, et les aider sur ce long chemin. Mais pas en match uniquement, c’est aussi à l’entraînement et de différentes façons. Juste être là pour eux.

Je ne pense pas que cela va les aider aujourd’hui, si j’essaye de me mettre à planter 30 ou 40 points tous les soirs. Pour eux, il est question d’acquérir de l’expérience, et les laisser jouer pour traverser cette période actuelle.”

Il y a quelque chose d’à la fois terriblement frustrant et en même temps appréciable dans ce que dit Carmelo Anthony. D’un pur point de vue médiatique, difficile de demander meilleure attitude dans la tempête. Face aux micros, le vétéran dit encore une fois ce qu’il faut et ne vient pas taper dans la fourmilière alors que bien des joueurs le feraient. Maintenant, c’est aussi fou de voir à quel point ces déclarations soulignent ce côté unidimensionnel dont on a longtemps parlé dans sa carrière. Melo est un fabuleux scoreur… mais semble être un leader perdu. Ne pouvant scorer en abondance et en ayant ce devoir de gérer les plus jeunes, l’ailier a davantage l’air paumé que bien dans ses pompes. Comme si on lui filait trois gosses à garder en babysitting, qu’il était souriant avec les parents mais paniqués une fois la porte claquée. Oui, le bonhomme fait comme il peut dans ce bazar new-yorkais dans lequel il survit au quotidien. Mais non, on ne peut s’empêcher de sourire en voyant justement ce rôle qu’il ne semble comprendre, celui de vétéran-leader devant aider les plus jeunes malgré les défaites.

Question de hiérarchie dans l’équipe ou de mauvaise communication avec Jeff Hornacek ? Peut-être bien. On connaît un paquet de vétérans qui connaissent leur rôle, malgré les faibles résultats de leur équipe. Melo devrait leur passer un coup de téléphone, cela pourrait l’aider dans cette difficile fin de saison.

Source : New York Times


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top