Rockets

Les Rockets ont fumé le Thunder, 137 à 125 : statistiques pour Russell, victoire pour Harden

Dans ce match tant attendu entre Rockets et Thunder, le duel collectif n’a finalement pas eu lieu. Une rencontre dominée par les hôtes quasiment du début à la fin, avec des joueurs tout simplement en feu…

James Harden n’a pas eu à offrir de performance venue d’ailleurs pour tenter d’aider les siens à l’emporter ce dimanche. Magnifiquement entouré de coéquipiers en confiance, le barbu a certes géré sa part du boulot en offrant création et scoring comme d’habitude, mais c’est surtout cette notion collective qui dominait hier soir. Ce sentiment de déséquilibre total en regardant Houston jouer face à Oklahoma City, avec une équipe connaissant parfaitement son plan de jeu pendant qu’en face les doutes se comptaient sur les doigts de huit mains. D’entrée, les Rockets mettaient la pression et en calaient 37 dans le premier quart, notamment grâce à un Trevor Ariza bouillant. Ensuite ? Juste 42 unités de plus avant de rentrer au vestiaire, l’écart atteignant déjà les vingt points à la pause alors que le barbu était discret. De Lou Williams à Eric Gordon, en passant par Sam Dekker ou Nene, tout le monde contribuait à sa façon du côté de Houston. Alors qu’en face, obtenir deux points hors de Westbrook, Kanter ou Oladipo était une mission quasiment humanitaire. Le Thunder n’a pas respiré, et la suite continuera dans ce sens.

Car dans le troisième quart, l’avance continuera de grandir, avec des Rockets qui refusaient tout simplement de se calmer : 113 points avant le début du money-time, infernal. Une période que James Harden annonçait avec un dernier trois points au buzzer, agitant son maillot comme pour dire que le nom sur le devant était plus important que celui derrière. Dans le garbage time, Russell Westbrook tentait de ramener les siens dans la rencontre tout en gonflant sa ligne statistique, mais l’écart était trop important. Sans forcer, sans Ryan Anderson, Houston gérait son match avec une démonstration assez impressionnante. Certes, il était hallucinant de voir une équipe tirer avec autant de culot et d’efficacité, mais il existait tout de même un gros écart entre les deux effectifs. Entre un groupe capable de réaliser des stops défensifs, et un autre laissant des espaces énormes dans ses lignes de pénétration. Entre un groupe qui s’imposait aisément sans compter sur un barbu divin, et un autre s’accrochant à un peu d’espoir en bombardant sur son phénomène de meneur. Un peu de tristesse pour Westbrook, mais pas trop non plus. Car dans ce match, Russell n’a pas pesé autant qu’imaginé, et ce malgré des statistiques venues d’ailleurs. Vainqueur numérique de son duel avec Harden, le numéro 0 est malheureusement reparti avec une lourde défaite, que de nombreux votants pourraient retenir.

Avec 79 points inscrits en une mi-temps, 63% de réussite au tir, 51% à distance et 81% aux lancers hier soir, les Rockets étaient collectivement possédés. Mais c’est justement le message que voulait envoyer James Harden, dans son immense saison : pas besoin d’en faire trop tout seul, tant que la gagne est au bout. Mission accomplie.

Couverture

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top