NCAA

Lonzo Ball quitte UCLA sur une défaite : fin du rêve et nouveau challenge pour le phénomène

Lonzo Ball
Source image : YouTube

Ce n’est pas le membre de sa famille qui a fait le plus de bruit ces derniers temps, mais c’est pourtant lui qui se retrouve au centre des interrogations aujourd’hui : Lonzo Ball éliminé, il va falloir tourner la page UCLA.

Il l’a dit et confirmé, ce qui était attendu malgré les prières des fans situés sur le campus californien. En sortie de défaite contre un énorme De’Aaron Fox, le meneur a déclaré qu’il s’agissait de son tout dernier match sur le circuit universitaire, et qu’il allait donc passer à la vitesse supérieure en rejoignant la NBA. Pour cela, il faudra bien évidemment passer par la Draft, mais c’est le garçon en lui-même et les challenges qui lui sont imposés qui seront intéressants à observer. Car s’il y a une erreur à ne pas faire, c’est celle de croire que LaVar Ball et Lonzo Ball sont les mêmes. Certes, l’un a élevé l’autre, mais le fiston n’a pas l’exubérance (pour ne pas dire la connerie) de son pater, et c’est une des premières qualités soulignées chez ce garçon dans le circuit sportif. Conscient du buzz qui l’entoure et de son talent, Lonzo veut juste bosser sur son jeu et ne pas trop attirer la lumière. Les déclarations qui dérangent ? Pas son genre. L’envie de tout faire tout seul plutôt que de faire briller les copains ? Non plus. Limite considéré comme un extrême opposé de son daron, le jeune Ball doit cependant faire avec ceux qui l’entourent. Il sera donc intrigant à suivre car sa route s’annoncer parsemée de petites bûches.

Et on vous laisse deviner celui qui va les déposer, tels des rondins aux toilettes du quotidien. Jusqu’ici, dans le petit cercle universitaire qui n’a pas encore la même exposition que la NBA, et encore moins lorsqu’on est au niveau lycéen, Lonzo n’a pas vraiment eu à être bombardé de questions sur les déclas de son géniteur. Certes, ces dernières semaines étaient particulièrement intenses, mais ce n’est rien en comparaison avec ce qui l’attend chez les pros. Dès qu’on est sur la plus grande des plateformes ? Tout est décuplé, dans les réactions comme les déclarations. Et autant jusqu’à 18 ans il a été gérable d’avoir un daron qui en lâchait des belles du soir au matin, autant les répercussions seront potentiellement bien plus pesantes au level supérieur. Ce qui est sûr, c’est que son parcours fût aussi court qu’exceptionnel à UCLA, faisant de son attaque une attraction nationale et son nom un élément immanquable. Dynamité sur ses cannes, fabuleux créateur et solide sniper, Lonzo a été la perle de cette saison en NCAA, d’un point de vue médiatique. Mais il faudra bien veiller à séparer ce que dit le garçon de ce que dit son père, car les deux ne pourront être éternellement liés. Pour donner un seul exemple ce n’est pas le garçon qui a affirmé devant les caméras que UCLA remporterait le titre NCAA cette saison… c’est son père. Ce n’est pas le garçon qui a affirmé devant une webcam qu’il serait meilleur que Stephen Curry… c’est son père. Certes, il sera lié à LaVar pour un paquet de temps, mais encore une fois : c’est son évolution et sa capacité à gérer la pression en NBA qui sera excitante à observer.

Auteur d’une belle saison très marquante à UCLA, Lonzo Ball quitte la NCAA et se prépare pour ce qui l’attend depuis si longtemps : la NBA. Cependant, il n’aura pas que cette Ligue comme challenge à assumer, aura-t-il les épaules pour tout porter sur son dos, y compris un daron souvent borderline ?


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top