Suns

Devin Booker, premier joueur à planter 70 points depuis Kobe : bienvenue dans le club VIP !

Devin Booker
Source image : ESPN

Avec 70 points marqués à Boston cette nuit, Devin Booker a explosé un paquet de records, mais il a surtout rejoint un joueur dont il s’est énormément inspiré pendant sa jeunesse : un certain Mamba.

Depuis 2006, la révérence était faite chaque année du côté de Los Angeles, comme dans les quatre coins du monde. Ce fameux 22 janvier, il y a 11 ans, était devenu une date immanquable pour tout amoureux de la balle orange. Question de respect, d’admiration, de silence aussi devant tant de folie. Il faut dire qu’à l’époque, on assistait à la 2ème plus grande performance de l’histoire, derrière les 100 points de Wilt Chamberlain. Mais qu’on ne s’y trompe pas, ce que le jeune Booker a réalisé hier soir est remarquable, quoi qu’en disent certains. Car même si le match était déjà plié, ces points il fallait les planter. En terminant avec le sept-zéro sur sa feuille personnelle, l’arrière des Suns a rejoint son idole dans le Top 10 de l’histoire sur une rencontre. Il le disait lui-même l’année dernière, lors de sa saison rookie lui permettant de croiser rapidement le Mamba, avant de le voir prendre sa retraite : Kobe, c’était son Jordan à lui. Le mec dont il criait le nom lorsqu’il calquait le fade-away dans son jardin. Le mec dont il portait le maillot en espérant un jour pouvoir ne serait-ce que le croiser. Ni sur un parquet, ni dans les records.

Devin Booker a donc réalisé un rêve de gosse, mais il a aussi inscrit son nom dans un club VIP. Pardon, on la refait. Dans un club ultra-VIP. Du genre, quasiment inaccessible. Pas de Michael Jordan, pas de Kareem Abdul-Jabbar, pas de Karl Malone, pas de Shaquille O’Neal : désolé messieurs, le club des 5 a désormais ouvert sa table à une 6ème tête. On connaissait Wilt, on connaissait Kobe, certains zappaient David Thompson et ses 73 points, David Robinson et Elgin Baylor avec leurs 71 unités. Avec ses 70 pions, Devin Booker a posé son visage d’ange et son siège pliable à une tablée de scoreurs légendaires. Difficile de savoir si, à seulement 20 ans, cette performance sera l’annonce d’une carrière aussi exceptionnelle que certains de ces hommes. La pression sera aussi là, sur les épaules de ce gamin à peine capable de faire pousser trois poils sur son menton. Mais le simple fait d’avoir le culot, le fouetté et donc la possibilité de squatter cette place minuscule dans l’histoire est un élément suffisamment excitant pour que les fans des Suns se réjouissent. On ne sait pas encore quel est le plafond de Booker, mais il a montré que sur un soir au moins, celui-ci était plutôt calé dans les hauteurs de sacrés Hall of Famers. Le plus intéressant sera de le voir confirmer, mais comme il le disait lui-même en sortie de match, laissons-le un peu en profiter…

Notre génération avait pu voir les 81 points de Kobe face aux Raptors en 2006, elle a aussi pu observer les 70 points de Booker à Boston en 2017. Pas les mêmes rencontres, pas les mêmes joueurs, mais des performances incontestablement historiques. De quoi entrevoir un bel avenir pour celui dont le joueur préféré en grandissant… s’appelait Kobe.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top