La Salve de TrashTalk

La salve de TrashTalk #21 : on adore quand ça commence à parler stratégie dans tous les sens

South Park, salve

Perdre ou gagner ? Reposer ses cadres ou privilégier son bilan ? La NBA en ce moment ? Ça fume.

Source image : imgbase.info

C’est l’un des nouveaux bébés de TrashTalk cette saison. Un retour chaque samedi sur tout ce qu’il s’est passé ou presque Kevin durant la semaine écoulée, le tout à une vitesse calculée aux alentours de Usain Bolt x John Wall mais puissance douze. Sérieuse ou décalée, cette rubrique ravira on l’espère ceux qui n’ont pas forcément le temps ni la force de mettre le réveil chaque nuit. Pas d’image, rien que des mots lancés à grande vitesse et à la louche histoire de rattraper le temps perdu ou bien de revivre en speed les gros dossiers des derniers jours. Allez, on prend notre notre respiration et c’est parti pour le vingt et unième épisode. Action.

Allez, café.

  • Dimanche 12 mars

On commence cette nouvelle semaine avec un choc entre les Spurs et les Warriors qui fut en fait un choc de CFA2 orchestré par Ian Clark et Dewayne Dedmon. Merci Steve Kerr et courage à LaMarcus Aldridge, vendeur d’une bien mauvaise nouvelle… Côté terrain, Russell Westbrook enchaîne avec un 32ème carnage, Anthony Davis marque 46 points, prend 21 rebonds et fête ses 24 ans pendant que Devin Booker assassine les Mavs avec son 36ème point de la nuit et que les Wizards braquent Portland avec un pied sur la ligne. Voilà, ça c’est un vrai début de semaine.

  • Lundi 13 mars

Un début de semaine malgré tout gâché par les Chicago Bouses face à Boston mais finalement sauvé par le joli clin d’œil des Nets à Notorious B.I.G. et le meilleur match en carrière de Timothé Luwawu. Cocorico, comment ne pas aimer ces Sixers, notamment lorsque Joel Embiid entame sa campagne pour faire élire Dario Saric Rookie Of the Year. Chez les vrais joueurs, ceux qui sont déjà des beast ? Karl-Anthony Towns gratte un trophée de joueur de la semaine en en attendant des dizaines d’autres, alors qu’à l’Est c’est John Wall qui rafle logiquement la mise.

  • Mardi 14 mars

On enchaîne avec des infos d’un autre… âge : les Spurs s’emparent de la première place à l’Ouest et… Vince Carter réalise le match parfait à 40 ans. Oh punaise. De son côté le Jazz se prépare pour les Playoffs, de son côté Ricky Rubio pète son carrer high à la passe et de son côté Chandler Parsons est définitivement un escroc. alors que Victor Oladipo et Jimmy Butler sont décidément de sacrés comiques.

  • Mercredi 15 mars

Cinq matchs seulement dans la nuit de mardi à mercredi et franchement rien d’exceptionnel, en tout cas pas autant que la nouvelle mixtape de Zion Williamson ou l’impressionnant forçage de LaVar Ball avec ses rejetons. Vivement dans quelques années hein. Mais d’ici-là le plus important, c’est peut-être bien que la Terre entière sera bientôt sapée en TrashTalk, et ça c’est vraiment bae.

  • Jeudi 16 mars

Qui dit jeudi matin dit lendemain de… #MercrediPanzani, et celui-là fût – une fois de plus – sympathique. On saluait tout d’abord le retour rapide de LaMarcus Aldridge, avant de vivre donc un nouveau mercredi à sensations : le vrai Paul George face à Charlotte, le vrai Damian Lillard face aux Spurs, le vrai Dirk Nowitzki face aux Wizards, le vrai (?) D’Angelo Russell face à Houston, la naissance de Skal Labissière face à Phoenix et la thug life de Goran Dragic face aux Pels. Ça ira pour cette fois, avec vos conneries on a encore pas dormi de la nuit…

  • Vendredi 17 mars

On enchaîne avec quelques questionnements de fin de semaine : aura-t-on droit à un Clippers-Rockets au premier tour des Playoffs ? Russell Westbrook connaît-il Stephen Curry ? James Harden sera-t-il MVP ? Les Suns sont-ils les plus gros chefs de tank de la saison ? Le genre d’interrogations habituelles en fin de saison régulière car oui messieurs dames, c’est bien – déjà – la fin de saison qui montre le bout de son nez.

  • Samedi 18 mars

Dernier soir de la semaine et quelques infos à retenir. Et de une, John Wall a claqué son career high à la passe. Et de deux Nick Young et Greg Monroe se sont fait un câlin. Et de trois James Harden a tapé un 40/14/11 dans le plus grand des calmes. Et de quatre Solomon Hill a été plus fort que lui. Et de cinq le Heat commence à faire flipper tout le monde. Et de six, désormais les Sixers gagnent des matchs de basket de 42 points. C’est d’ailleurs sur cette info que l’on se retire pour cette semaine, bien incapable de poursuivre après une telle hallucination.

Allez, café.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top