Suns

Eric Bledsoe ménagé jusqu’à la fin de saison : opération tanking maximale chez les Suns

Eric Bledsoe

On ne devrait plus revoir Baby LeBron sur les parquets cette saison!

Source image : Yahoo Sports

Ce mercredi, Eric Bledsoe n’est même pas entré en jeu lors de la défaite des Suns face aux Kings (107-101), un choix d’Earl Watson et du management de Phoenix qui ressemble plus à du repos forcé qu’à une réelle blessure de son joueur.

Suite à quelques jolis coups d’éclats ces derniers temps, comme face à Boston ou à Dallas, les Suns ont l’air de reprendre leurs bonnes habitudes ! Après avoir trouvé le moyen de perdre contre les Lakers, pourtant en-dessous de tout en ce moment, ils se sont inclinés sur leur parquet contre Sacramento, emmené par un Skal Labissière inarrêtable. Et cela ne doit rien au hasard, car même le coach s’y met. Mercredi, Earl Watson, évoquant une « décision du management », n’a pas daigné faire entrer Bledsoe sur le terrain, qui est pourtant le deuxième meilleur scoreur et meilleur passeur de l’équipe. Coach Watson le dit lui-même : « Bled’s a été excellent, il a fait une grande saison. Il a joué à très haut niveau. Il a été dominant toute la saison ». En effet, Eric Bledsoe est dans la forme de sa vie. A 27 ans, le meneur tourne à 21,1 points de moyenne, 6,3 assists, 4,8 rebonds et 1,4 steals. Mais voilà, Bledsoe a admis ressentir une douleur à son genou gauche dernièrement, celui-là même qui avait été opéré en décembre 2015, le rendant out pour le reste de la saison. Cela n’a pas pour autant empêché celui qui est surnommé Baby LeBron de participer jusque là aux 66 matchs de son équipe, tous en tant que titulaire. On sait que les joueurs NBA ont l’habitude d’évoluer avec des petits bobos par-ci, par-là.

Alors pourquoi se priver d’un tel joueur pour une petite douleur au genou ? Facile. Sortez vos chenilles, c’est l’heure du tanking! Ecartés depuis longtemps de la course aux Playoffs, les Suns n’ont plus rien à jouer concernant les matchs. Cette saison, ils ont déjà bien développé leur groupe de jeunes joueurs, avec la confirmation du talent de Devin Booker, mais également les éclosions de TJ Warren, Marquese Chriss ou encore Tyler Ulis. Maintenant que de beaux espoirs ont été entrevus, ça suffit. Pas question de gagner des matchs sur les derniers qu’il reste à jouer. L’objectif est très simple à présent : avoir le pire bilan possible pour monter dans la Lottery de la Draft et se donner le plus de chances possibles d’obtenir un très haut choix de draft, ce qui permettrait d’enrichir encore l’effectif d’un nouveau jeune joueur à fort potentiel. A ce petit jeu, Phoenix a pour l’instant le troisième pire bilan de la Ligue. Et les Suns entendent bien, au pire le rester, au mieux grignoter une place. Si Boston, qui a donné procuration aux Nets, est absolument intouchable, les Lakers sont eux accessibles, puisqu’ils n’ont que deux défaites de plus. La bataille promet d’être sans merci. On en salive d’avance !

A partir de maintenant, c’est donc la course à la lose jusqu’à la fin dans le bas du classement. Pour cela, nul besoin de prendre le moindre risque avec l’un de ses meilleurs joueurs qui a connu de sérieux problèmes au genou, même si ça le fait chier. CQFD.

Source : azcentral.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top