Old-School

Le pire souvenir en Playoffs des Nets : 2003, la maçonnerie de Kenyon Martin

Les Playoffs approchent à grands pas, et s’ils sont très souvent synonymes de belles histoires à raconter à ses gosses, ils peuvent aussi réserver de superbes cauchemars de derrière les fagots. Pendant 30 jours, TrashTalk vous fait revivre ces tragédies qui hantent encore les têtes des fans de chaque franchise. Cette fois, c’est au tour des Nets de New Jersey/Brooklyn de grincer des dents et de se souvenir de l’époque où Kenyon Martin avait une maison à reconstruire du côté du Texas.

Le contexte

On est en 2003, les Nets, portés par un infernal Jason Kidd sont en Finale pour la seconde année consécutive et souhaitent laver l’affront du sweep de l’année précédente face aux Lakers. En face, les Spurs sont probablement déjà donnés vieillissants mais toujours en place et veulent remporter leur premier titre depuis 1999. A cette époque, Manu Ginobili avait encore des cheveux, Brian Scalabrine ambiançait déjà toute la NBA et Stephen Jackson ne s’était pas encore inscrit au MMA du côté d’Indiana. San Antonio remporte d’abord le premier match sur son parquet mais perd ensuite l’avantage du terrain lors du Game 2 à cause d’une défaite de 2 petits points. Les cow-boys vont se ressaisir et le récupérer dès le match suivant en battant également de peu les Nets. En fait, dans cette série, c’est un peu à chacun son tour de gagner étant donné que New Jersey remporte la quatrième manche et San Antonio la cinquième. Le match 6 s’annonce déjà décisif pour les deux équipes car la série peut prendre fin après cette manche. A cet instant précis, on se dit que même si les Nets ne sont pas favoris, ils ont une belle carte à jouer à l’extérieur en étant portés par un Jason Kidd au sommet de son art à l’époque.

La suite des évènements

Sauf que tout ne va pas réellement se passer comme prévu. Si le Game 6 est effectivement très disputé. Si certains joueurs comme Kerry Kittles, Richard Jefferson, Stephen Jackson, Speedy Claxton ou même encore David Robinson parviennent à s’illustrer, un duel tant attendu n’aura pas eu lieu. Si Tim Duncan est tout simplement royal en frôlant le quadruple-double avec 21 points, 20 rebonds, 10 passes décisives et 8 contres, ce n’est pas vraiment le cas de Kenyon Martin qui aura réussi à transformer à peu près tout ce qu’il a touché en caca. K-Mart a terminé le match à 6 points et 10 rebonds à un infecte 3/23 aux tirs. TROIS SUR VINGT-TROIS MESSIEURS DAMES ! Et pourtant, il ne nous semble pas que l’animal ait ouvert une entreprise de BTP à l’aube de ce match. Simplement, un niveau de dégueulasserie jamais atteint pour un match décisif des Finales NBA, heureusement que les plexiglas texans sont solides car les spectateurs ne s’étaient pas préalablement munis de leurs casques de chantier. En même temps, venant d’un type qui a des traces de lèvres tatouées dans le cou, pouvait-on vraiment attendre autre chose qu’un 0/6 dans l’ultime période ? La suite appartient aux Spurs qui gagneront leur première des trois bagues de la décennie. Merci d’exister Kenyon, vraiment. Allez, whisky.

L’arrêt sur image

Jason Kidd interview

“Ouais, il est vraiment relou le maçon là…” (source : YouTube)

Le pire souvenir de chacun peut inévitablement changer, certains penseront au sweep encaissé face aux Lakers un an plus tôt, toujours en Finales, mais dans la majeure partie des cas, pour les fans des Nets, le plus grand cauchemar qui refait surface à l’approche de la post-season est inévitablement ce festival de briques signé Kenyon Martin. On se retrouve demain pour faire le point sur un nouvel évènement qui rappellera de mauvais souvenirs à une nouvelle franchise.

Les visiteurs ont tapé :


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top