Warriors

De la revanche dans l’air : les Celtics reviennent à l’Oracle pour la première fois depuis l’exploit de 2016

Warriors

De retour à l’Oracle Arena, les Warriors auront fort à faire contre les Verts.

Source image : Sports Center

Les Celtics restent sur deux défaites. Les Warriors sont plus en délicatesse depuis la blessure de Kevin Durant. Avec respectivement Washington et San Antonio qui poussent derrière eux, la victoire est impérative pour les deux franchises, mais une seule ressortira gagnante cette nuit, à partir de 4h30 du matin…

Alors qu’ils se rapprochaient de Cleveland, leader incontestable de la Conférence Est, les Celtics surveillent désormais leurs arrières. Washington, troisième à l’Est, n’en finit plus de gagner (encore hier à Phoenix, 131-127) et n’est plus qu’à une victoire de la deuxième place que détient Boston. A l’inverse, après avoir maitrisé facilement les Lakers (mais, entre nous, qui ne maitriserait pas ces Lakers ?) pour débuter leur road trip à l’Ouest, les Celtics ont perdu leurs deux matchs suivants, à Phoenix (109-106) puis contre les Clippers (116-102). Ces deux revers restent d’ailleurs en travers de la gorge d’Isaiah Thomas, et il y a de quoi ! À Phoenix, les Celtes ont tout bonnement offert la victoire aux Suns et à Tyler Ulis, qui n’en demandaient pas tant. Au Staples Center, les Celtics dominaient 69-63, avant de connaître un terrible passage à vide en fin de troisième quart-temps avec Isaiah sur le banc pour se retrouver menés 84-76 à son retour sur le terrain. Le mal était fait, les Celtics ne s’en relèveront pas. “On doit régler ça”, a lâché IT frustré, “on va le faire, il ne faut pas paniquer. Mais (ces défaites) me touchent” a ajouté le lutin de Boston. Pour régler ça, il va falloir sortir le vert de chauffe, car c’est l’Oracle Arena de Golden State qui attend les Celtics pour le quatrième et avant-dernier match de leur road trip. Cette nuit, ils pourront certainement compter sur le retour d’Al Horford qui, malgré certaines difficultés au niveau de l’adresse, constitue une fixation intérieure et une dissuasion défensive essentielles pour son équipe. Surtout, les Celtics devront s’appuyer sur leur double performance de la saison passée. D’abord celle du TD Garden, où les Verts avaient emmené les Warriors en double prolongation avant de s’incliner (124-119). Les Warriors chutaient d’ailleurs le lendemain pour la première fois de la saison à Milwaukee, exténués par leur combat de la veille. Mieux encore, les Celtics sont les premiers (et les seuls de la saison dernière avec Minnesota) à avoir fait tomber les Warriors chez eux l’an passé. Ils ont donc la recette, il n’y a plus qu’à…

Les Warriors se sont, quant à eux, rassurés avec deux victoires de suite à New York (112-105) et Atlanta (119-111), et sont toujours premiers à l’Ouest. Mais ils sont aussi, à l’image des Celtics, plus que jamais sous la menace de leurs poursuivants. Les Spurs, dans le sillage d’un Kawhi Leonard définitivement revenu dans la course au MVP, font un retour en trombe et ne sont plus qu’à deux victoires de Golden State. Sans Kevin Durant blessé, le road trip de cinq matchs à l’Est a été délicat pour les Warriors, bilan : trois victoires pour deux défaites. Stephen Curry a cristallisé ces difficultés, envoyant brique sur brique depuis le parking. Sur les cinq matchs on the road, il a shooté à seulement 39,5%, dont 25,4% derrière l’arc ! Loin de ses standards, il a même établi un triste record à Philadelphie, en réalisant un historique 0/11 à 3-points. Laid, mais cela n’avait pas empêché les Warriors de s’imposer. Le double MVP en titre demeure un formidable joueur, qui peut connaître une nuit sans au shoot, tout en étant utile à son équipe. Il est bien plus qu’un simple shooteur : c’est ce que lui expliquait coach Kerr lors d’un temps mort au Madison Square Garden : “ce que tu génères pour nous est tellement positif, ça se voit (sur ton plus-minus), pas seulement (au shoot)”. De retour à la maison, Steph va peut-être retrouver la confiance et redevenir diabolique ce soir, au grand dam des Celtics. En tout cas, sans un grand Curry à 7/20 au shoot, les Warriors s’étaient tout de même imposés à Boston en novembre (104-88). Oui, mais Kevin Durant était là et bien là (23 points à 10/13 au tir assortis de 10 rebonds). Or ce soir, il est sur la touche. Cependant, Andre Iguodala, qui a planté 24 points pour permettre aux Warriors de disposer d’Atlanta lundi, le rappelle bien : “Avec les armes qu’on a, même avec un mec out, on est toujours capable de faire de bonnes choses”. C’est le moins que l’on puisse dire !

On a donc face à face deux des meilleures équipes de la Ligue qui se doivent de gagner pour consolider leur position au classement, ça nous promet une bataille féroce. En tout cas, elles nous ont offert deux matchs épiques l’an passé, on en redemande !

Source texte : ESPN


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top