Jazz

Rudy Gobert a fait la totale : 16 points, 24 rebonds et le panier de la gagne au buzzer sur les Kings !

Un bon dimanche bien productif, cela peut se décrire ainsi : un bon match offensif, un gros match défensif, une moisson au rebond, un comeback réussi et une victoire gagnée au buzzer. Pas mal, le Rudy !

Que ce fût dur, et arraché, et peut-être pas forcément mérité, compte-tenu de leur début de rencontre. Particulièrement maladroits et peu inspirés en première mi-temps, les hommes de Quin Snyder nous maintenaient dans notre frustration récente concernant leur niveau de jeu, mais on préférait attendre encore un peu avant de se prononcer. On voyait certes Gobert entamer sa partie avec intensité, mais Gordon Hayward était bien loin de sa production de All-Star, et il fallait qu’un autre copain prenne le relais. Son nom ? Rodney Hood, qu’on attendait avec impatience après ses récents pépins au genou. Magnifiquement en rythme et prêt à mettre le Jazz sur ses épaules, le bijou formé à Duke faisait la totale aux extérieurs de Sacramento pour pour terminer avec 28 points (à 10/17 au tir). Cependant, entre la maladresse de Utah aux lancers et le beau jeu collectif proposé par les hommes de Dave Joerger, il fallait un petit plus pour faire la différence. En prolongation, même avec quatre points de retard, il fallait plus qu’un simple trois-points de Joe Ingles, gardant les visiteurs dans la partie. Il fallait un coup de pouce de là-haut, comme on dit.

Et après avoir vu Willie Cauley-Stein rentrer deux gros lancers pour donner à son équipe un précieux point d’avance, le Jazz devait improviser en claquant des dents. Hayward maladroit, la défense des Kings bien tenace, Rodney Hood verrouillé par Garrett Temple, c’est George Hill qui doit improviser. Le vétéran obtient WCS en isolation et nous envoie une saucisse sur une jambe, qui a clairement l’air bien courte. Mais qui est là pour patrouiller les raquettes, comme chaque soir depuis le début de saison ? C’est Woudy ! L’inspecteur sort son gadget-o-bras de huit mètres et vient nous chercher le airball de son meneur pour le rediriger vers le panier au buzzer. Pendant que ses coéquipiers exultent, les arbitres se consultent : un dit qu’il n’y a pas panier, l’autre hésite et le troisième fume une clope. Protocole oblige, le trio doit regarder l’action au ralenti pour vérifier s’il faut accorder cette improvisation du Frenchie, et c’est la teuf dans Saint-Quentin puisque Gobert voit ses deux points être accordés par les arbitres. Ball game ! Du grind loin de rassurer les fans du Jazz, mais une victoire importante dans la course aux sièges de l’Ouest, avec une défaite qui semblait se profiler.

Si Rodney Hood a géré la plus grosse partie du scoring et Joe Ingles planté un énorme trois-points avec une minute à jouer, c’est bien Rudy Gobert qui est reparti avec la complète : 16 points, fromage 24 rebonds, sans oignons, panier de la gagne, sauce blanche, et le smile qui va forcément avec !

Couverture

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top