Pacers

Les Pacers s’offrent un miracle à Atlanta : impro totale et tir de la gagne pour Glenn Robinson III !

Avec quatre clous enfoncés dans le cercueil et un match que les Hawks pensaient boucler en une dernière possession, ce sont les Pacers qui ont refait surface en offrant à Glenn Robinson III un tir fatal pour la gagne (97-96).

Et dire qu’ils avaient presque gâché l’immense performance de Paul George. L’ailier, qui était intouchable sur les trois premiers quart-temps de la partie, redescendait soudainement sur notre planète et c’est toute son équipe qui se mettait à bafouiller son basket. Pourtant, Jeff Teague assurait sa partition pour sa toute première à Atlanta depuis son transfert de juin dernier. Pourtant, C.J. Miles gérait lui aussi de son côté avec des flèches assassines derrière l’arc. Mais après avoir su se reposer sur les épaules de PG, les visiteurs commençaient à tousser et les Hawks en profitaient pleinement. De Tim Hardaway Jr à Dennis Schröder en passant bien évidemment par Paul Millsap, tout le monde se donnait côté Hawks et on sentait le match basculer du côté des hôtes. C’est d’ailleurs un début de signature qui était posé sur la feuille de match avec une minute à jouer, avant que les Pacers ne grattent quelques micro-points précieux pour rester en vie. Et ces micro-points justement, ils ont l’air bien plus grand maintenant qu’on connaît la suite.

Car la suite pour les Hawks, ce sera une isolation bien dégueulasse pour THJ, le sniper envoyant une vieille brique avec 10 secondes à jouer. On se dit alors qu’avec deux temps-mort restants, Nate McMillan va nous installer quelque chose de sérieux sur demi-terrain. Mais non ! YOLO total, la vie est un plaisir quand on la met dans les mains de Paul George. L’ailier attire toute la défense pour servir un C.J. Miles esseulé sur l’aile. En bon vétéran qu’il est, et alors qu’il aurait pu prendre ce tir, le sniper réalise un décalage sublime pour Glenn Robinson III qui n’a pas un défenseur sur lui dans un rayon de 16 kilomètres. Insulté de tous les noms par le banc d’Atlanta, le marsupial se concentre et sort une flèche en montant le poignet bien haut comme Papa. Le public d’Atlanta, qui pensait exulter quelques secondes auparavant, prie pour qu’un cataclysme ne se produise pas, sauf que le tir de GRIII fait filoche. Temps-mort des Hawks, célébration du vainqueur du dernier Dunk Contest, les Pacers reprennent un point d’avance. Mais surtout, c’est le moral des copains de Dwight Howard qui est réduit à néant, la dernière tentative terminant en bouillie. Une énorme victoire pour Indiana, après avoir géré pendant 36 minutes puis paniqué sur les 12 dernières. Si Paul George a assuré le gros de la partie, c’est bien Robinson le teurd qui a rentré le shoot de la gagne.

Et par la même occasion, l’écart a été réduit au classement entre les deux franchises. Comme quoi, parfois, il ne faut pas forcément prendre de temps-mort pour laisser à la défense adverse la possibilité de s’installer. Jeu, set et match, GRIII.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top