Warriors

Stephen Curry et Klay Thompson ont reconstruit Chicago : 3/22 à trois-points, les maçons du coeur

Déjà que la reprise n’était pas la plus exemplaire pour les Splash Brothers, le match d’hier soir a été le point d’exclamation sur une semaine compliquée : Stephen Curry et Klay Thompson ont abusé à Chicago.

Louper des tirs, c’est une chose. Cela arrive à tout le monde, on est parfois dans la zone puis on devient froids, c’est comme ça. Par contre, envoyer de la saucisse sans même changer son mode opératoire, c’en est une autre. Hier soir dans l’Illinois, les Warriors se sont inclinés face à des Bulls qui prenaient un peu plus soin de la balle lorsque le match comptait vraiment, lorsqu’il fallait aller chercher des pions faciles plutôt que de prier pour un home run dévastateur. On le sait et on le voit depuis longtemps, Golden State dépend de ses Splash Brothers et ces derniers sont d’assez bons snipers pour nous dire de fermer nos gueules. C’est d’ailleurs la voie que prenait Klay Thompson après son match, préférant hausser les épaules et réaffirmer que ce sont des tirs qu’il prend et rentre habituellement. Mais ce jeudi, le duo le plus difficile à défendre de la Ligue sur les lignes extérieures avait décidé de ne plus rien rentrer, comme si l’arceau était de la taille d’une tasse de café et la gonfle avait une gueule de médecine ball : 15 sur 49 au tir, 3/22 à distance, des tirs pris dans des positions plus loufoques les unes que les autres, et la défaite évidente au bout. Car même en ayant assez bien défendu sur la partie, comment gagner avec deux pyromanes aussi peu efficaces ?

Surtout que la paire ne combinait que trois lancers tentés, on était donc dans de l’envoi bien large à trois-points, sans prendre la peine d’aller chercher des points aisés. Mais surtout, et c’est ça qui était frustrant dans cette performance, c’est que les Warriors devaient compter sur leurs Splash Brothers hier soir. En perdant Kevin Durant deux jours plus tôt, l’armée californienne devait se rassurer en s’occupant du cas des Bulls. Il devait y avoir une sorte de leadership des deux hommes, un I got this général que Draymond Green cimenterait à sa façon. Y aura-t-on droit ce dimanche au Madison Square Garden ? Certainement. Mais après une reprise qui commençait plutôt bien, les trois derniers matchs ont été catastrophiques de la part des deux snipers : Curry s’est mis à tirer comme Rondo (37% au tir, 13% de loin) et Thompson shooter comme Roberson (29% au tir, 21% de loin). Et avec des Spurs qui toquent à la porte pour tenter de voler la première place de la Conférence Ouest, ce sont bien les vrais Splash Brothers qui seront demandés sur cette fin de roadtrip. Que le fameux Klay game prenne place devant nos yeux ébahis, que Curry fasse danser ses défenseurs plutôt que de traîner à distance.

En briquant à foison sur le match de ce jeudi, Stephen Curry et Klay Thompson ont ponctué une semaine difficile au tir, qu’il faudra rattraper ce dimanche à New York. Les Knicks, le Madison Square Garden : l’endroit idéal pour échanger le pistolet à eau avec un bon vieux sniper des familles.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top