Pelicans

Anthony Davis offre enfin une victoire aux Pelicans : 33 points pour la bête, Cousins peut dormir

Enfin ! Enfin une victoire pour Anthony Davis et ses nouveaux Pelicans. Orphelin de DeMarcus Cousins, le monstre de Louisiane a fait le job pour que son peuple respire pour la première fois depuis le All-Star Game (109-86).

Et allez, on y va sur les théories qui affirmeront que DMC n’a pas sa place à New Orleans, qu’il n’est pas compatible avec AD dans la NBA actuelle, et qu’il y avait faute sur Mike Bibby en 2002. Il faut dire que le nouvel intérieur des Pelicans était absent de la rencontre d’hier soir, suite à sa 18ème faute technique de la saison qui lui coûtait un match de suspension. Avec des Pistons crevés car jouant à Portland la veille, mais vainqueurs sur le parquet des Blazers, il fallait profiter de cette fatigue pour enfin valider un succès au Smoothie King Center. Faire en sorte que les revers contre Houston, Dallas et Oklahoma City étaient concevables, mais qu’il n’allait pas y avoir de quatrième défaite consécutive. Car c’est bien cela, qui concernait Alvin Gentry et les fans de New Orleans. Depuis la reprise, et ce fameux transfert qui remodelait toute l’équipe locale, on n’avait pas encore passé une seule soirée avec le sourire. Une victoire, c’est tout ce que les habitants de Louisiane demandaient, une victoire assurée en fin de troisième quart-temps et dans tout le money-time, durant lequel les Pelicans déroulèrent leur basket.

Il faut dire qu’en face, le drapeau blanc était agité dès l’expulsion d’Andre Drummond, sur une tarte bien sèche envoyée sur Tim Frazier. Le pivot effectuait un gros boulot sous les arceaux, mais ses copains n’arrivaient pas à trouver la mire. Essayez d’aller gagner en déplacement, quand votre équipe tire à 3/23 de loin et 3/17 aux lancers, et on se fait un grec. Un vilain 40/103 au tir pour les Pistons, un Stan Van Gundy frustré devant autant de loupés, c’est exactement ce qu’il fallait pour que New Orleans prenne le contrôle de la rencontre et ne se fasse pas dessus. Anthony Davis, évidemment, était au centre du business avec ses 33 points et 14 rebonds, dans des pourcentages qui faisaient rêver tout le Michigan (11/17 au tir, 11/11 aux lancers). Mais Jrue Holiday et Dante Cunningham faisaient le job, tout comme Alexis Ajinça et E’Twaun Moore en sortie de banc. Un bel effort permettant une belle soirée, sans avoir à compter sur le tabassage intérieur de DeMarcus Cousins.

L’homme au bandeau reviendra ce vendredi, pour un match attendu chez les Spurs de Kawhi et compagnie. Vue la tendance de San Antonio à laisser les gros intérieurs faire leurs courses, ce serait bien de valider ce premier succès avec un gros carton dans le building texan.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top