Dossiers NBA

Playoffs – lutte pour le spot 8 à l’Ouest : qui sortira vainqueur de la course à la mort ? Partie 1

Playoffs - course à la mort

Il n’y aura qu’un seul survivant.

Source : commons.wikimedia.org

Warriors, Spurs, Rockets, Clippers, Jazz, Grizzlies et Thunder… Ils sont sept et sauf énorme cataclysme, ils devraient tous se retrouver à jouer les Playoffs. En revanche, pour ce qui est du huitième spot, le fameux strapontin pour la post-season, le combat s’annonce plus que féroce entre cinq ou six équipes dont l’objectif est désormais de tout faire pour arracher le droit de se faire sweeper défier Golden State au premier tour. Zoom sur ces escouades, leurs calendriers et leurs arguments pour espérer squatter encore les parquets à partir du 14 avril prochain. 

Oui, cinq ou six équipes peuvent envisager de finir à la huitième place de la conférence Ouest aujourd’hui, à environ un mois et demi de la fin de la saison régulière. En fait, seuls les Lakers (14ème) et les Suns (15ème) peuvent être considérés comme exclus de cette course. Car entre les Pelicans – treizièmes avec un bilan de 23 victoires pour 37 défaites – et les Nuggets – huitièmes avec un bilan de 27 victoires pour 33 défaites – il n’y a finalement que quatre matchs d’écart. Ce qui nous donne donc six équipes (Nuggets, Kings, Blazers, Mavs, Wolves et Pelicans) qui se tiennent dans un mouchoir. Dans cette première partie, nous nous intéresserons spécifiquement aux trois franchises les moins bien classées pour le moment : Mavericks, Wolves et Pelicans.

Bilan et stats au 1er mars 2017

Pelicans – la meilleure raquette de la Ligue ira-t-elle en Playoffs ?

  • Classement : 13èmes
  • Bilan actuel : 23 – 37

Calendrier : 22 matchs encore au programme, 11 à domicile, 11 à l’extérieur. Parmi nos six équipes en course pour le huitième spot qualificatif en Playoffs à l’Ouest, les Pelicans sont ceux qui vont le plus jouer des concurrents directs d’ici à la fin de saison (huit fois). Ils joueront trois matchs contre les Nuggets dont deux fois là-bas, deux matchs contre les Blazers (un à domicile et un là-bas) et recevront les Mavs, les Kings et les Wolves. Ils n’auront en revanche que très peu de sorties “cool” de prévues. Ils iront deux fois au Staple Center défier les Lakers soit deux bonnes occasions d’enquiller des W. Ils auront également quatre rencontres dont on ne sait que penser contre des équipes sérieuses de l’Est comme ces deux déplacement chez les Hornets et le Heat ou les réceptions des Bulls et des Pistons. Enfin, il leur faudra se coltiner deux fois les Rockets, deux fois le Jazz, aller à Golden State et recevoir des escouades bien solides comme les Spurs, les Grizzlies et les Raptors. A noter : cinq back-to-back sur la période ce qui est donc à prendre en compte quand chaque victoire est essentielle.

Avis : les Pelicans sont les moins bien placés aujourd’hui dans cette course au huitième spot de l’Ouest, ils ont néanmoins un calendrier qui leur permet d’avoir pas mal de cartes en main. S’ils battent leurs adversares directs, ils vont se replacer rapidement. Et même si la paire Anthony Davis – DeMarcus Cousins a cimmencé par trois défaites en trois matchs, même si elle n’est pas très bien entourée ni même très bien coachée, elle reste une arme de destruction massive qui devrait être capable d’apporter des victoires aux Pelicans. En résumé : l’affaire est mal embarquée mais elle est loin d’être réglée.

Wolves – les crocs sont-ils assez acérés ?

  • Classement : 12èmes
  • Bilan actuel : 24 – 36

Calendrier : 22 matchs encore à jouer dont seulement 8 à domicile et 14 à l’extérieur. Voici déjà un premier point qui ne va clairement pas faire les affaires de jeunes loups. Un autre dans le même genre : mis à part trois rencontres contre les Lakers (dont deux au Staples Center), aucune sortie ne sera à considérer comme facile sur le papier pour les Wolves. Au contraire même, les hommes de Tom Thibodeau ont un calendrier de furieux. Sur leurs cinq confrontations contre des concurrents directs pour la huitième place, trois seront en déplacement dont deux à Portland. Ensuite, il ne s’agira que de très gros matchs pour Karl-Anthony Towns et ses potes : à Utah (deux fois), à San Antonio, à Milwaukee, à Boston, à Miami, à Indiana, à Golden State, à Houston. Il faudra aussi recevoir de gros client comme les Clippers, les Warriors, les Wizards, les Spurs ou le Thunder. La cerise sur le gâteau ? La bagatelle de cinq back-to-back !

Avis : les Wolves ont du talent c’est indiscutable. Karl-Anthony Towns est un des futurs très grands de cette ligue. Andrew Wiggins est un lieutenant fabuleux offensivement et athlétiquement. Tom Thibodeau a de la matière pour travailler autour de ces deux gars même si Zach LaVine va manquer. Mais là, il faut reconnaître que ce qui attend les Loups du Minneapolis ressemble fort à une mission impossible à la vue de leur calendrier.

Mavs – l’heure des briscards ?

  • Classement : 11èmes
  • Bilan actuel : 24 – 35

Calendrier : 23 matchs encore à jouer pour les hommes de Rick Carlisle : 11 à domicile et 12 à l’extérieur. On remarque d’entrée que les Mavs ne vont jouer que trois fois des adversaires directs d’ici à la fin de la saison. Ils recevront les Nuggets, iront chez les Kings et les Pelicans. On note aussi quatre sorties à priori aisées (réceptions des Suns, Nets et Lakers et déplacement à Brooklyn) ainsi que trois autres rencontres largement à portée même si elles sont loin d’être gagnées d’avance à Phoenix, à Philadelphie et à Milwaukee. Ce qui nous donne neuf matchs à haute valeur pour les Mavs. Il va falloir en remporter un maximum car les quatorze autres présentent un niveau de difficulté tout autre : trois fois les Grizzlies dont deux fois à Memphis, deux fois les Clippers, deux fois les Raptors. Il faudra aller à Washington et à Atlanta qui ne sont pas franchement des destinations de vacances à cette période de l’année. Puis, il faudra recevoir du gros client : les Warriors, les Spurs et deux fois le Thunder. Enfin, on constate qu’il n’y a que trois back-to-back dans cette série de matchs. C’est un vrai plus pour cette escouade texane pour qui la forme de Dirk Nowitzki notamment peut tout changer.

Avis : après un début de saison horrible (4-17 début décembre notamment), les Mavs se sont redressés. Ils sont désormais dans une position qui leu permet de croire encore aux Playoffs. Dirk Nowitzki n’est plus un jeune homme mais c’est une légende qui approche des 30 000 points en carrière et dont l’expérience peut s’avérer précieuse tout comme celle de Wes Matthews, de Devin Harris et bien sûr de Rick Carlisle. A côté de cela, il faudra voir comment Nerlens Noel s’intègre et quel rendement il peut apporter tout comme Harrison Barnes qui va devoir montrer encore plus. Le calendrier n’est pas évident mais il est bien réparti et vous pouvez compter sur les Mavs pour faire le job dans les moments clé. Ils seront dans la bataille, c’est sûr.

Voici donc trois équipes dont les forces sont différentes mais qu’il ne faut absolument pas encore enterrer malgré leurs classements peu reluisants. A tout de suite pour la deuxième partie de cette course à la mort…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top