Top Ten

NBA Top 10 du jour : quand Larry Nance doit défendre sur Kemba Walker, Larry Dance

Il est des anecdotes que l’on se doit de conter. Tout d’abord parce qu’elles sont parfaites pour accompagner un Top 10, mais aussi car elles font partie de la grande histoire de notre bonne vieille Terre… qui n’est d’ailleurs pas plate. C’est donc parti pour une nouvelle séance de culture gé, au rythme des skills de Russell Beastbrook et des PLS en TrashTalk Fantasy League.

Si vous pensiez que la meilleure façon de se venger était d’empêcher les Warriors de réaliser un back-to-back, vous vous fourrez le doigt dans l’œil jusqu’à l’oignon. Désolé d’être un peu vulgos hein, mais notre histoire du jour le mérite amplement. Nous sommes donc en 487 après Yeezus, il y a tout pile 1530 ans. Le Roi des Francs ne s’appelle alors ni Benoît ni Jean-Luc ni Gustave mais bien Clovis et le fait que ce soit le prénom de mon cousin n’a absolument rien à voir là dedans. L’histoire du jour est donc une histoire de vengeance, car si un an auparavant le fameux Clovis vit avec tristesse un soldat le défier en brisant à Soissons un vase destiné à l’évêque de Reims… ce jour là Cloclo décida de se venger.

Un an plus tard, Clovis reconnut le fameux soldat et son sang ne fit alors qu’un tour. La tenue négligée du fieffé briseur de vase servit alors de prétexte et le Roi balança ses armes à terre, pour que son nouveau copain s’empresse de les ramasser. Ni une ni deux, Cloclo profita de la position du soldat… pour lui mettre un grand coup de hache sur la tronche, parce que c’est tout à fait normal de mettre un coup de hache à un mec à terre. “Ainsi as-tu fait, à Soissons, avec le vase” brama ainsi Clovis, donnant naissance à la légende du fameux Vase de Soissons. Le cadavre du soldat resta là, gisant sur le sol, histoire que le public présent en profite comme un poster de The Block dans le vestiaire visiteur de la Q Arena et que tout le monde soit bien raccord avec la toute puissance du Roi. Aucun lien bien sûr avec LeBron et son poster, loin de nous cette idée.

Voilà comment les histoires se réglaient à l’époque, loin des petites chiquenaudes entre Suns et Grizzlies. Merci désormais de ne pas relater ce fait divers à Matt Barnes où n’importe quel des illuminés de notre Grande Ligue, de peur de leur donner des idées. En attendant rangez vos haches et appuyer sur play, y’a un Top 10 qui vous attend.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top