Top Ten

NBA Top 10 du jour : balle calée derrière l’oreille, LeBron nous lâche sa spéciale

Faire rimer culture générale et NBA chaque matin, c’est le défi que l’on s’est lancé il y a de cela deux ans. Quelques lignes sans prétention pour accompagner des Top 10 parfois bien fades, parfois la petite info qui fera de vous la star du bureau à l’heure du café. L’année dernière ? Les 70 ans du journal L’Équipe. Aujourd’hui ? On écoute les cigales et on se laisse bercer par la douceur de la Provence, avec l’accent du sud bien sûr…

C’est beau et ça donne presque envie de partir en vacances ? Et bien vous ferez comme nous et vous attendrez cet été. Ou celui de l’an prochain. Enfin bref. Enfin bref car ce n’est pas de nous dont nous parlerons brièvement ce matin mais bien de Marcel Pagnol, à prononcer avec l’accent du sud bien sûr. Né le 28 février 1895 à Aubagne, à prononcer avec l’accent du sud, Marcel fait à la fois partie de la team des Marcel français les plus connus mais aussi de celle des figures symboliques de la région PACA, à prononcer avec l’accent du sud. Encore plus populaire que Didier Drogba, le pesto ou Bernard Tapie, beaucoup plus que Jack Kachkar ou n’importe quel joueur du PSG.

Révélé en 1928 en publiant au théâtre la pièce Marius, il enchainera ensuite avec César puis Fanny, les trois pièces formant la fameuse Trilogie Marseillaise et prenant place dans la vitrine des symboles marseillais au même titre que la Bonne Mère, le Vieux Port ou la tête de Basilou en 1993, à prononcer avec l’accent du sud bien sûr. Marcelo enchainera par la suite en créant sa boîte de cinoche en 1934, écrira pour le grand écran La Femme du Boulanger (le verbe est très important dans cette phrase) et se dirigera pour finir vers l’écriture de romans, avec en apothéose de sa carrière un sixième titre avec les Spurs avant de prendre sa retraite la sortie de La Gloire de mon père et du Château de ma mère, deux best-sellers historiques retraçant la jeunesse provençale du petit Marcel, à prononcer bien sûr avec l’accent du sud.

Rentré à l’Académie Française en 1946, Pagnol décèdera en 1974, laissant derrière lui un héritage énorme, celui de la beauté de toute une région et d’une plume… à l’accent du sud. Allez, envoyez le Top 10.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top