Raptors

DeMar DeRozan en mode patron : 43 points sur les Celtics, record en carrière pour taper Boston !

Orphelin de Kyle Lowry et demandé au niveau All-Star pour rassurer son public, DeMar DeRozan a peut-être lâché son plus beau match de sa plus belle saison : en mode vrai patron, en battant les Celtics (107-97).

L’information tombait peu avant la rencontre et devait certainement faire soupirer le joueur formé en Californie. Blessé au poignet, Lowry devait rester en starco pour la soirée et il fallait donc gérer Boston dans un contexte assez particulier. Retour du All-Star Break, intégration de Serge Ibaka, intégration de P.J. Tucker, possibilité de conclure la série en régulière avec un tie-breaker à l’avantage des Canadiens, la salade était particulièrement saucée. Et cela se ressentait d’ailleurs en tout début de rencontre. Isolation à outrance, galères défensives, les Raptors n’avaient clairement pas la gueule d’une équipe capable de faire chuter les visiteurs du soir, malgré la belle intensité montrée par les deux nouveaux. Puis, petit à petit, non seulement l’oiseau a fait son nid, mais le dino a fait du sale. Trouvant son rythme et utilisant parfaitement les avantages tout neuf apportés par Ibaka en pick and roll comme pick and pop, DeRozan se mettait à martyriser Jaylen Brown, Terry Rozier, Jae Crowder et tout extérieur envoyé en mission sur l’arrière de Toronto. Un festival qu’il fallait poursuivre, afin de redonner l’avantage au score à son équipe.

Et dans un troisième quart-temps qui voyait justement la troupe locale trouver son rythme, pendant qu’en face Boston bafouillait son basket et se faisait un peu plus rentrer dans la gueule, DeMar continuait à assurer en création tout en essayant de rester le plus propre possible. Ne pas perdre trop de ballons, ne pas forcer ses jumpers, bien choisir ses spots et aller gratter des lancers dès que possible. Un renversement complété puis maintenu dans le dernier quart-temps, la bête y allant de son money-time royal en abusant justement d’Ibaka en partenaire de crime. Un gros tir dans le corner avec une minute à jouer, des lancers pour boucler l’affaire, un regard concentré du début à la fin et pas de stress sans Lowry à ses côtés : c’est peut-être bien son plus beau match que DeMar DeRozan vient de nous offrir cette saison. Car au-delà de la barre numérique atteinte, une nouvelle en carrière avec 43 points (15/28 au tir, 12/12 aux lancers) après en avoir claqué 41 sur Boston début janvier, c’est dans l’attitude et le contexte que le bonhomme nous a plu. Retard au score, possibilité de trouver une excuse en ne pouvant jouer sans son meneur, manque de rythme post-All-Star Game… Non, au lieu de passer par ces feintes, l’animal est allé nous chercher cette victoire et a terminé la série face aux Celtics avec un troisième succès en quatre rencontres.

Difficile de savoir si ce même DeRozan pourra faire son apparition contre Boston en Playoffs, mais une chose est sûre : dans les rues du Massachusetts, on va faire des cauchemars du numéro 10 tout au long du weekend. Une vraie performance de patron.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top