Warriors

Breaking news, les Warriors sont cinglés : victoire 123-113 face aux Clippers… 50 points dans le troisième quart !

Le dernier match de la soirée nous promettait un feu d’artifice, mais on ne se doutait peut-être pas que c’est ce genre de sucrerie qui nous serait servie. On savait que les Warriors possédaient une force de frappe peut-être jamais vue en NBA, mais alors cette nuit…

Ce n’était pourtant qu’un match de reprise. Ce n’était qu’un derby californien que l’on s’attendait évidemment à voir se terminer aux alentours des 120 ou 130 points. Comme d’habitude me direz-vous, les Warriors tournant cette saison à plus de 118 points par match et ayant déjà tutoyé l’indécent à plusieurs reprises (la barre des 130 atteinte à sept reprises, celle des… 150 approchée face aux Lakers). Les trois premiers matchs de la saison face aux Clippers ? 133, 144 (!) et 115 points marqués, pour trois victoires évidemment. Autant dire que, finalement, on s’attendait peut-être inconsciemment à vivre quelque chose de spécial au petit matin, en direct de l’Oracle avec le retour de nos cernes bien aimées. Et la folie eût donc bien lieu et elle se déroula sous nos yeux ébahis lors du troisième quart-temps. Score à la mi-temps ? 61-49 Clippers, malgré un Steph Curry déjà bien affûté, malgré un Blake Griffin bien tenu par Draymond Green. Score douze minutes plus tard ? 99-87… Warriors. Sortez vite vos calculettes qu’on soit tous d’accord, les Dubs ont donc scoré cinquante putain de points en douze minutes, autant que dans un All-Star Game où les équipes ne défendent pas, plus que dans un match sur deux dans nos campagnes, mais une fois le match fini. 50. Merci de se rendre compte de la dinguerie et de ce que ces gars-là sont capables de faire quand les poignets sont chauds. Une démo de douze minutes brûlantes, une équipe de GS portée notamment par un Kevin Durant auteur de 15 points à 6/7 et par l’inévitable petit Chef Curry, auteur pour sa part de… 20 points à 5/8 du parking dont un dernier tir dans la plus pure tradition de l’insolence qu’il incarne depuis maintenant plus de deux ans.

Des yeux qui sortent de leurs orbites, des larmes de sang qui coulent pour les haters et surtout une soirée qui restera dans les annales à défaut d’être une soirée record. Un coup de chaud qui représente le 17ème quart-temps de la saison ponctué par plus de 40 points pour Steph and co., la première barre des cinquante atteinte par les Warriors depuis 1989 et la première perf du genre en NBA tout court depuis un soir de mars 2014 où les… Lakers avaient évité de peu le test anti-dopage face aux Knicks avec 51 points en douze minutes.

A la question “que faire quand ces types-là sont chauds de la sorte ?”… autant répondre “laisser passer l’orage”. Autant ne rien répondre en fait et, selon le côté duquel on se trouve, apprécier ou pleurer. C’est pour cela et rien d’autre que les Warriors ont décidé cet été de briser leurs fondations en faisant venir KD, et le résultat est pour l’instant plus que positif, avec ce genre de soirée pour contrecarrer les thèses des plus jaloux d’entre nous. Les faits sont là, quand Steph et Kevin ont la main chaude, personne ne semble en mesure aujourd’hui d’offrir une quelconque solution pour les stopper. On se rappelle évidemment des antécédents curryesques en Finale NBA mais l’arrivée de KD pourrait bien avoir enlevé au gamin le trop plein de pression qu’il se mettait auparavant quand le peuple Warrior comptait un peu trop sur lui. Aucune conclusion hâtive évidemment car on vous voit arriver d’ici avec vos gros boulets rouges, mais une chose est sûre, quand GS jouer comme ça, GS pas pouvoir perdre. Ça ne mettra certainement pas 130 points tous les soirs face aux Cavs hein, mais bon courage pour les en empêcher.

Le score final ? 123-113, mais tout ça reste anecdotique. Car ce que l’on retiendra de cette nuit du 23 février c’est bien cette géniale folie offensive qui s’est emparée de l’Oracle, une folie offensive rarement vue auparavant et que personne ne semble en mesure d’éteindre lorsqu’elle est amorcée. Mais quelle bande de cinglés…

stats warriors clippers stats clippers warriors

Les visiteurs ont tapé :


1 Comment

1 Comment

  1. Corbat

    24 février 2017 à 15 h 40 min at 15 h 40 min

    Les clippers sont plus nuls que les warriors sont forts et Doc Rivers est très surestimé comme coach

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top