Spurs

Les Spurs s’offrent un record all-time d’excellence : 20ème saison de suite avec un bilan positif

Duncan

<3

Source image : Twitter

Grâce à leur victoire chez les Pacers hier soir, les Spurs ont non seulement retrouvé le sourire mais ils ont également établi un nouveau standard de régularité dans l’histoire de la NBA : encore une saison avec un bilan positif, la vingtième de suite.

Numéro 42, au rapport ! Pour la victoire numéro 42 de la saison, c’est dans l’Indiana qu’il fallait se retrouver ce lundi, avec un minimum de sérieux. Oui, du sérieux, c’est ce qu’il fallait après avoir offert un vilain gadin la veille à New York, des Spurs si maladroits au tir et si indisciplinés dans le money-time qu’on en venait même à se demander s’ils ne s’étaient pas mis une caisse tous ensemble le samedi soir dans Gotham. Une hypothèse vite écartée après avoir vu Kawhi Leonard et ses potes régaler chez Paul George, San Antonio l’emportant 110 à 106. Mais pour une fois, ce succès généralement laissé dans l’ombre sera mis en avant, car il a permis à Gregg Popovich de valider sa vingtième saison de suite avec un bilan supérieur à 50% de victoires. Oui, sur une saison à 82 matchs, dépasser la barre des 41 wins est mathématiquement synonyme de positif, selon nos sources. On a donc assisté à une passation de pouvoir entre Jerry Sloan au Jazz, qui avait offert 19 campagnes de suite à succès entre 1986 et 2004, et Pop qui n’a pas connu de calvaire depuis… 1996.

Couverture*saisons écourtées

On en voit donc se demander, comment se fait-il que les franchises les plus titrées de l’histoire ne soient pas dans ces hauteurs-là ? Prenons-les une par une afin de mieux comprendre la difficulté de ce record. Les Celtics des années Bill Russell se sont arrêtés à 19 campagnes positives, et on parle ici d’une Ligue qui ne comptait pas encore 30 équipes. Les Lakers sont passés par de hauts comme des bas, que ce soit l’après-West, l’après-Magic et l’après-Kobe. Les Bulls ont réussi à avoir Jordan en offrant des saisons flinguées au début des années 80, et la toute fin des 90’s fût déprimante suite au départ de ce dernier. C’est un record d’excellence, de régularité et qu’on voit difficilement être battu prochainement qui vient d’être réalisé par Gregg Popovich avec les Spurs. Car dans la NBA actuelle ? Les entraîneurs sont récupérés et jetés comme des mouchoirs, et les joueurs naviguent de plus en plus entre franchises. Certains se marrent déjà en affirmant que cette barre a été atteinte grâce à Tim Duncan uniquement, ce qu’on voit clairement cette saison puisque les Spurs sont en grande difficulté… à la deuxième place de la Conférence Ouest. Pour Popovich, la suite est déjà connue avec Team USA dans quelques années, mais il laissera très certainement la main à un nouvel entraîneur qui pourra utiliser à merveille le boulot effectué par ce dernier avec R.C. Buford.

Les fans des Spurs n’ont pas connu de régulière déprimante depuis vingt ans… vingt ans ! Un immense Duncan, un grand Popovich, des joueurs épiques qui sont venus, restés et partis, et dire que cette série est loin d’être finie…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top