Thunder

Russell Westbrook plus fort que le Big Three des Cavs : victoire 118-109, 26ème triple-double pour la machine

Le principal suspense de l’avant-match ? Il résidait en le fait que Tyronn Lue avait laissé entendre qu’il reposerait peut-être l’intégralité de son Big Three pour cet acte 2 d’un back-to-back entamé la veille face aux Pacers. Mais n’est pas Gregg Popovich qui veut et le meilleur ami de David Blatt a donc décidé au dernier moment… de faire jouer ses trois leaders. Parfait, on pouvait donc avoir un vrai match de basket, pas le genre de parodie dans laquelle Channing Frye aurait pu être le héros.

Le genre de match aux allures de défi monstrueux pour Russell Westbrook, lui qui avait déchiré comme jamais la dernière fois que les deux franchises s’étaient croisées, lui qui doit commencer à chauffer vénère à la veille du retour de son ex à Oklahoma City. Peut-être un peu trop tendu d’ailleurs le Russell, puisque si les rebonds lui tombent dans les mains et qu’il trouve ses coéquipiers dessous très vite, les tirs ont quant à eux du mal à rentrer. Il faudra d’ailleurs attendre le milieu du deuxième quart pour voir le meneur du Thunder trouer les ficelles une première fois, puis une deuxième dans la foulée. Deux tirs du parking qui seront les seuls marqués par RW durant ses quinze premières minutes de jeu, mais une équipe du Thunder bien en place pour répondre aux quelques grigris d’un Kyrie Irving qui chauffe doucement et à l’adresse d’un LeBron concerné et concentré en première mi-temps. Une première mi-temps qui nous aura d’ailleurs permis d’apprécier la détente d’Alex “Maupassant” Abrines côté OKC et la bonne première de Derrick Williams pour les Cavs. Un premier acte plaisant que Cleveland remporte 57-55, l’occasion une nouvelle fois de remercier le petit Lue de n’avoir pas foutu en l’air notre nuit NBA.

Une nuit qui va peu à peu s’éclairer encore un peu plus en deuxième mi-temps car si LeBron James la traversera très discrètement, Russell Westbrook va peu à peu prendre le relai de… Cameron Payne au scoring alors que Kyrie Irving usera de son handle habituel pour filer des torticolis à notre télé. Le Thunder passe devant mais l’écart ne grandit pas, nous promettant une fin de match serrée entre deux équipes bien lunée. Et c’est – tiens donc – monsieur Westbrook qui va faire péter le bouchon de champagne au dernier quart-temps. Trois tirs de suite pour rapprocher l’écart de la dizaine et un Thunder qui va s’envoler doucement vers la win pour stopper la série de quatre victoires consécutives des champions en titre. L’homme à tout faire d’OKC terminera la partie avec un 26ème triple-double (cinquième plus grosse saison de l’histoire dans l’exercice) et une performance majuscule face à une vraie équipe de basket, n’en déplaise aux Jean-Michel Il A Pas De Bagues et aux Jean-Philippe Il Fait pas Gagner Son Equipe. Gros match également de Steven Adams dessous et 21 minutes offertes à Joffrey Lauvergne alors que Kyle Singler n’a pas foulé le parquet, une idée ô combien géniale du coach d’OKC.

Une victoire 118-109 qui fait du bien aux troupes de Billy Donovan, dans une Conférence Ouest qui va se resserrer tranquillement entre les places 7 et 10 et au sein de laquelle les victoires comptent presque double à partir de février. Pour les Cavs c’est un nouveau coup d’arrêt mais sans vraiment de conséquence, si ce n’est que finalement, Tyronn Lue aurait finalement peut-être mieux fait de laisser ses stars au repos. Mais on l’a dit plus haut, n’est pas Gregg Popovich qui veut.

stats cavs stats thunder

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top