Hornets

Les Hornets retrouvent enfin la victoire : c’était face aux Nets… et l’équipe la moins malade des deux a gagné

Marvin Williams

Marvin Williams qui dunke sur Randy Foye, image parfaite pour résumer le swag de cette soirée.

Source image : youtube

Dans le coin gauche ? Une franchise des Hornets qui sortait de six défaites de suite, logiquement boutée hors du Top 8 de l’Est. Dans le coin droit ? Des Nets “forts” d’une belle série en cours de neufs matchs perdus et propriétaires d’un bilan de 1-20 depuis la fin 2016. Résultat des courses ? Un combat bien terne entre deux malades qui, ne nous leurrons pas, le seront toujours demain au réveil…

C’est d’ailleurs face à ces même Hornets que Brooklyn avait vu la victoire le 27 décembre dernier. Jeremy Lin était encore le titulaire à la mène et les Nets étaient déjà derniers mais n’étaient pas encore aussi ridicules. 43 jours plus tard, c’est une seule et unique victoire de plus (remember ce match psychédélique, ces 143 points marqués face aux Pels) qui est venue remplir le sac des joueurs de Kenny Atkinson et la fin de saison risque du coup d’être bien longue. Ce déplacement à Charlotte représentait donc une belle occasion pour la pire équipe de la Ligue de se refaire un peu la cerise, face à des Hornets en grande difficulté, probablement à cause de la difficulté à vivre leur rupture avec l’icône Roy Hibbert. Six défaites de suite avant ce match, 4-13 depuis le réveillon, bref un bien difficile hiver pour la bande à Batum…

C’est donc dans ce contexte semblable à une épidémie de gastro que les deux équipes les moins en formes de la Conférence Est se retrouvaient cette nuit à Charlotte, et le spectacle fût malheureusement à la hauteur de ce que l’on craignait de voir. Joueurs en manque de rythme, un écart rapidement fait par les hommes de Steve Clifford histoire d’enlever le suspense à une rencontre qui n’avait déjà pas beaucoup de cordes à son arc pour nous faire de l’oeil, et voilà comment on passe d’un orgasmique Wizards-Cavs la veille à un vomitif Nets-Hornets le lendemain. Kemba Walker  en pleine embrouille avec Barbara Shoot, c’est Nicolas Batum et Jeremy Lamb en sortie de banc qui auront finalement le plus pesé dans le jeu des Frelons, alors que Marvin Williams et Frank Kaminsky auront suffi à freiner les ardeurs de Brook Lopez, cette dernière phrase étant assez lourde de sens pour faire un état des lieux du niveau d’intensité du pivot des Nets. Bojan Bogdanovic aura eu beau percer quelques filets longue distance, les Nets auront eu beau nous offrir un garbage time de deux plombes sur la ligne afin de tenter le braquage, ce sont donc bien les Hornets qui s’en tireront au final, 111-107, dans un match qui aura surtout permis aux employés de Michael Jordan de remettre en marche la machine à victoires, avant de recevoir les Rockets demain soir pour un test “un peu” plus sérieux. Les Nets tenteront pour leur part de remporter enfin un match de basket ce soir, et ce sera face à des Wizards plus que solides dernièrement bien que prenables hors de leurs bases.

Battre un sumo à la course, sauter plus haut que Passe-Partout, faire du meilleur son que Keen-V, et désormais battre les Nets cette saison. Autant de performances honorables mais plus que logiques alors messieurs les Hornets merci de nous montrer un peu plus et cela rapidement. Pour vous chers Nets, merci de votre participation et surtout bon courage, car la saison risque d’être encore longue, très longue.

Stats Hornets stats Nets

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top