Thunder

Russell Westbrook a fumé Portland : 19 de ses 42 points dans le dernier quart, ça va Isaiah ?

Il avait déjà fait la totale aux Grizzlies, il a cette fois géré le voisin de la division : Russell Westbrook n’a pas du tout voulu laisser Portland créer la surprise, victoire du Thunder à la maison (105-99).

Jamais facile d’aborder ces rencontres de début d’après-midi chez l’Oncle Sam, bien que cela nous arrange ici sur l’Hexagone. Car avec un rythme habituellement porté autour du dîner, devoir apporter sa production habituelle n’est pas donné à tout le monde, quelques heures plus tôt. Damian Lillard était d’ailleurs le premier à le confirmer, agressant la défense douteuse d’OKC d’entrée grâce à une belle première mi-temps et surtout un second quart collectivement mieux abordé que le premier. L’attaque enrayée du début de match laissant place à des opportunités plus sérieuses avant la pause, les Blazers se permettaient même de rentrer au vestiaire avec 6 petits points d’avance, de quoi pouvoir aborder la suite sereinement. Surtout qu’en face, même si Victor Oladipo montrait une agressivité intéressante pour tenir face à celle de Damian, le franchise player du Thunder n’avait pas encore véritablement lancé sa rencontre.

Et la suite, c’est devenu presque automatique, pour tant d’équipes. Une sorte de douche d’intensité physique, de domination technique et de détermination dans chaque possession, afin de ne laisser aucune chance au camp adverse. Parfaitement conscient qu’il devait augmenter sa production au scoring alors qu’elle était déjà bien folle, Russell Westbrook acceptait volontiers le modèle d’Isaiah Thomas à Boston. C’est-à-dire ? Un monopole quasi-dictatorial des décisions dans le dernier quart-temps, et des finitions en solo quitte à assurer une victoire un peu personnelle. Loin de nous l’envie de le pointer du doigt pour égocentrisme, le Thunder avait une mission à valider et le Brodie voulait y veiller de plus près. Mais il va falloir prévenir les prochains adversaires d’OKC quand on voit la justesse récente de ses décisions dans le money-time, et son incapacité totale à abandonner une rencontre. Secouant Aminu en un-contre-un, punissant C.J. McCollum avec la planche, terminant parmi les arbres même si ceux de Portland sont davantage des buissons, Westbrook se baladait et la pauvre défense des Blazers ne pouvait y faire grand chose.

Une avalanche à 19 points, sur ses 42 au total, sans avoir à forcément penser au triple-double mais plutôt à ajouter une victoire pour le Thunder. Avant d’affronter les Pacers, les Cavs et surtout les Warriors samedi prochain, Russell a effacé deux équipes quasiment à lui seul : merci Memphis, merci Portland.

Couverture


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top