Heat

Hassan Whiteside a bouffé les Sixers : 30 points et 20 rebonds, le Heat reste invaincu !

En recevant les Sixers ce samedi à domicile, Hassan Whiteside avait une petite faim et s’est dit qu’une raquette de Philadelphie valait mieux qu’un cheesesteak : le pivot du Heat s’est régalé comme un ogre.

Il avait déjà fait du sale dans le premier match opposant ces deux équipes cette saison, un affrontement dans lequel Joel Embiid était présent. Malheureusement perdu en Pennsylvanie, le duel entre les deux géants avait notamment permis à Hassan de claquer 32 points et montrer ses muscles face au phénomène des Sixers. Sauf qu’hier soir, Embiid était une nouvelle fois absent et Brett Brown se demandait sérieusement comment sa peinture allait pouvoir tenir face à Whiteside. Construire un mur ? Louer des lampadaires ? En bombardant Nerlens Noel et Ersal Ilyasova dans son cinq majeur, l’entraîneur de Philly n’avait pas tant d’options et tout ce qu’il pouvait faire était voir avec effroi ce que le monstre de Floride lui avait réservé. Un premier quart-temps à 17 points et 11 rebonds, un peu de fromage, un morceau de pain, 23 points et 13 rebonds à la mi-temps, du sel et du poivre. Plus important, cependant, était la domination du Heat qui voulait valider une dixième victoire de suite. Surtout devant leur public, surtout contre une équipe qui avait gagné le premier match au Wells Fargo Center.

Et non seulement Hassan Whiteside a continué son chantier pendant le début du troisième quart-temps, mais ses potes ont continué sur leur formidable série en ne laissant aucune chance aux Sixers. L’écart était tel que le pivot n’avait pas à jouer de tout le dernier quart-temps. Pourquoi faire, d’ailleurs ? Avec 30 points et 20 rebonds en 26 minutes, le massacre avait déjà eu lieu. Alors certes, Erik Spoelstra aurait pu laisser son phénomène se gaver encore plus en terminant avec un 40-30 historique, mais là n’était pas le principal. Et puis, avec un Dion Waiters toujours aussi possédé, une paire de Johnson royalement installée en sortie de banc et un public qui en avait eu pour son argent, le garbage time pouvait être entamé. Pendant que les po-polo-po-po-pooo-pooo descendait dans l’American Airlines Arena, Goran Dragic souriait en réalisant que son équipe venait de valider un dixième succès de suite. Oui, le Heat, qui était dans les profondeurs abyssales en début d’année, n’a pas été battu depuis le 13 janvier. Et en passant la dizaine de matchs sans défaite, Miami a rejoint les Rockets et Golden State dans le rang des franchises ayant vécu une série de 10 victoires consécutives.

Tout se passe bien en Floride. La température est douce, les jeunes se régalent, le Heat est invincible et Whiteside retrouve sa forme. C’est qu’ils vont nous chercher le huitième spot à l’Est, ces grands malades…

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top