Warriors

Les Warriors tapent les Clippers en marchant : 133-120, le seuil minimum d’intensité a explosé

Fatigue - Chien qui dort

Heureusement que Marreese Speights nous a bien fait rire à la fin.

Source image : http://guerir-l-angoisse-et-la-depression.fr/

Deux équipes en back-to-back, un Draymond Green annoncé au repos quelques heures avant le match et deux équipes qui n’étaient de toute façon pas armées de manière équitable. Vous l’aurez compris, si on avait peur d’un blow-out au Staples Center, on l’a évité de peu à L.A. et ceci grâce à des Warriors qui n’auront jamais daigné accéléré la cadence. Mais pourquoi le faire lorsque jouer à deux à l’heure suffit pour marquer 130 points ?..

Alors attention, on ne dit pas que ce match était nul à chier non plus. Des actions d’éclat on en a eu un paquet. Un poster monstrueux de Blake Griffin sur le pauvre Kevon Looney, sauté comme un vulgaire mouton et l’on parle bien sûr du fameux jeu des cours d’école et non pas d’un truc tout dégoûtant. Un Blake Griffin d’ailleurs bien en jambes et dont la petite exhibition du soir aura au moins permis de lui redonner quelques sensations sur le parquet. Il y a bien eu aussi ces quelques séquences collectives des Warriors (52 tirs rentrés, 38 passes décisives), où l’extra-passe succède à une extra-passe avant de donner lieu à une dernière extra-passe, au nez et à la barbe de Clippers qui ressemblaient pour le coup à des poules cherchant leurs têtes. Il y a aussi eu cette gorgette mémorable de Marreese Speights, contré par le cercle et offrant un magnifique soleil à la foule qui commençait à s’endormir et qui a donc eu le loisir de se foutre de la gueule de l’un de ses propres joueurs.

Pour le reste ? Disons que Raymond Felton a pris de vitesse la défense des Warriors à plusieurs reprises et que JaVale McGee a parfois semblé être un intérieur doué en attaque. On espère que vous imaginez le délire.

Dans ces cas-là Kevin Durant a pu étaler sa facilité et sa polyvalence, Stephen Curry a sur-abusé des tirs compliqués mais réalise tout de même un carton en se marrant toute la soirée et les Warriors s’en tirent donc tranquillement, sans se presser, dans un match aux allures de jubilé. De jubilé de qui ou de quoi on ne sait pas, mais l’essentiel pour les Dubs était bien de l’emporter, et si on peut le faire sans courir, autant ne pas s’emmerder. C’est la douzième victoire en treize matchs pour GS, les hommes de Steve Kerr ayant été défaits uniquement par le Heat sur la période. Pour les Clippers ça se complique puisque si le retour du rouquin le plus souple de la Ligue fait du bien au moral, ceux du Jazz et des Grizzlies au classement sont beaucoup plus inquiétants.

Prochain rendez-vous pour les Warriors, samedi soir du côté de Sacramento. Pour les Clippers ce sera un tout autre délire, puisque c’est dimanche soir que Paul Pierce foulera pour la dernière fois le parquet… du TD Garden. On en connait qui vont chialer comme des madeleines, et c’est bien possible que l’on en fasse partie…

stats warriors clippers stats clippers warriors

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top