Les Sophomores

Sophomore de l’Année 2016-17 : Karl-Anthony Towns ne connait pas la pression

Sophomore
Source image : 1freewallpaper

Quand on est rookie, on découvre un nouveau monde, et parfois la transition peut être compliquée pour des jeunes hommes tout juste pubères. Mais l’excuse n’est plus valable en attaquant la deuxième saison dans la Grande Ligue. On attend donc les jeunots de l’an dernier plus matures pour confirmer ou rebondir. On suivra avec attention l’évolution des sophomores dans leur passage à l’âge adulte.

A l’instar de son coéquipier Andrew Wiggins, Karl-Anthony Towns est parti pour s’afficher comme le meilleur sophomore de l’année sans trop vibrer. Si on attendait une compétition avec Kristaps Porzingis, le Letton connait des soucis physiques et doit composer avec un beau bordel à Manhattan. Allez, on peut encore miser sur Nikola Jokic voire Devin Booker pour tenter de foutre le boxon dans cette course au meilleur seconde année, tout en espérant voir la licorne retrouver de sa superbe.

Place Sophomore Bilan du mois

10

(Wild Card)

Montrezl Harrell
Montrezl Harrell

Stats du mois : 11,2 points à 65,4%, 4,7 rebonds et 1,5 passe en 23,7 minutes

Stats de la saison : 9,6 points à 65,3%, 3,9 rebonds et 1,2 passe en 19,5 minutes

Voir coup de cœur.

9

(entrée)

Frank Kaminsky
Franck Kaminsky

Stats du mois : 9 points à 40,4%, 3,6 rebonds et 1,6 passe en 22,2 minutes

Stats de la saison : 9,9 points à 38,5%, 4,3 rebonds et 2 passes en 24,1 minutes

L’intérieur des Hornets profite des blessures des sophomores du Heat puisque Winslow (voir plus bas) et Josh Richardson ont plus connu l’infirmerie que les parquets. Lui a pu jouer, ce qui lui a permis de lancer un magnifique airball lorsqu’il a eu un tir pour la gagne face aux Kings. Pas sûr que cela plaise au proprio…

8

(-)

Jahlil Okafor
Jahlil Okafor

Stats du mois : 13 points à 58,1%, 4,6 rebonds et 0,8 passe en 23,4 minutes

Stats de la saison : 11,3 points à 52,4%, 4,8 rebonds et 1,1 passe en 23 minutes

S’il n’avait pas passé une grande partie de ce mois de janvier à l’infirmerie, il aurait pu prétendre gratter une place lui qui joue les doublures de Joel Embiid. Un rôle qui peut éventuellement le frustrer mais qui permet aux Sixers d’être sur une bonne dynamique.

7

(-)

Emmanuel Mudiay
Nuggets Emmanuel Mudiay

Stats du mois : 8,6 points à 34,1%, 1,7 rebond et 5,6 passes en 26,8 minutes

Stats de la saison : 12,1 points à 37,4%, 3,5 rebonds et 4,2 passes en 28,6 minutes

Lui aussi est passé par la case infirmerie. espérons qu’il en profite pour gratter une ordonnance chez l’ophtalmo pour aller s’acheter des lunettes, parce que le cercle semble difficile à viser pour lui. On attend toujours des progrès chez lui, et aujourd’hui il n’est même pas le meilleur sophomore des Nuggets.

6

(-)

D’Angelo RussellD'Angelo Russell

 

Stats du mois : 13,8 points à 40,7%, 4,5 rebonds et 4,1 passes en 25,8 minutes

Stats de la saison : 14,3 points à 39,6%, 3,7 rebonds et 4,4 passes en 26,3 minutes

Infirmerie toujours, premier comeback prometteur, à croire que les jeunes ne sont plus capables de tenir quelques semaines sans devoir se reposer. En attendant, sa courbe suit celle des Lakers depuis le début de la saison, ce qui n’est pas une bonne nouvelle pour lui. L’avantage, c’est qu’il n’a pas vraiment de concurrence à son poste, donc il a encore son destin en mains.

5

(baisse)

Myles Turner
Myles Turner Indiana Pacers

Stats du mois : 17,4 points à 54,7%, 8,2 rebonds et 1,2 passe en 32,7 minutes

Stats de la saison : 15,9 points à 53,7%, 7,5 rebonds et 1 passe en 30,4 minutes

Les résultats sont en amélioration chez les Hoosiers car la défense va un peu mieux. Et le sophomore n’est pas étranger à ces progrès puisqu’il est le protecteur attitré du cercle des Pacers, une force de dissuasion qui a même envoyé Anthony Davis au tapis. Il ne lui reste donc qu’à penser à aller chez le coiffeur

4

(hausse)

Nikola Jokic
Nikola Jokic

Stats du mois : 23,9 points à 60,2%, 11,1 rebonds et 4,8 passes

Stats de la saison : 15,5 points à 59,3%, 8,5 rebonds et 4 passes en 26,1 minutes

Après avoir sereinement dégagé Jusuf Nurkic du cinq de départ et quasiment de la rotation des Nuggets, l’ami Nikola peut même voir bien plus grand en songeant à s’imposer comme l’un des meilleurs intérieurs de la Ligue. L’impression laissée en décembre est confirmée sur ce début d’année, et son nom est bien placé dans la liste des pivots les plus prometteurs en NBA. Il suffit de mater ses stats du mois : elles n’ont rien à envier à celles de Karl-Anthony Towns.

3

(baisse)

Kristaps Porzingis
Kristaps Porzingis

Stats du mois : 13,9 points à 45,4%, 4,3 rebonds et 1,2 passe en 29 minutes

Stats de la saison : 18,6 points à 45,2%, 7 rebonds et 1,3 passe en 33,4 minutes

Encore une petite nature qui a décidé de sécher quelques matchs en janvier. En même temps, on peut le comprendre, continuer à passer après Melo et D-Rose, ça ne doit pas donner envie de jouer. Une légère baisse en terme de production, une franchise qui toussote un peu, et Kristaps glisse dans notre classement. Vivement que Phil Jackson envoie le boule d’Anthony loin de New York pour permettre au Letton d’être le patron.

2

(hausse)

Devin Booker
Devin Booker

Stats du mois : 25,4 points à 46,6%, 2,6 rebonds et 3 passes en 37,9 minutes

Stats de la saison : 20,8 points à 42,3%, 2,9 rebonds et 3,1 passes en 34,6 minutes

Si la mobylette Bledsoe tourne à plein régime en Arizona, son acolyte du backcourt n’est pas en reste. Particulièrement adroit de loin en ce mois de janvier (44,4%), la gâchette des Suns fait ce qu’il maitrise le mieux : scorer en envoyant des ogives.

1

(-)

Karl-Anthony Towns
Karl-Anthony Towns

Stats du mois : 25,4 points à 54,5%, 12,9 rebonds et 3,7 passes en 38,7 minutes

Stats de la saison : 23 points à 50,5%, 11,9 rebonds et 3,1 passes en 36,4 minutes

Un nouveau mois au taf pour Karl-Anthony Towns tranquille, à enfiler les 20-10 soir après soir (10 fois en janvier) et à dompter la concurrence, à l’instar d’un Nikola Jokic qu’il a calmé lors de leur confrontation directe. Et comme en plus les Wolves présentent un bilan positif (8-7), le début d’année est plutôt cool pour KAT.

Coup de cœur : Montrezl Harrell

Drafté au second tour par les Rockets, Montrezl n’a pas beaucoup vu les parquets pour ses débuts NBA. Tout juste 39 rencontres pour un total de 379, autant dire un temps de jeu famélique à ramasser les poubelles lors du garbage time justement. Mais avec le départ de Dwight Howard cet été, il a grimpé d’un rang dans la hiérarchie des éboueurs de Houston pour jouer les doublures d’un Clint Capela devenu titulaire dans la peinture texane. Et lorsque le Suisse a squatté l’infirmerie entre fin décembre et mi-janvier, le sophomore a pris le relais sans trembler en assurant le taf avec 14,2 points à 67,7%, 4,9 rebonds et 1,1 contre en 27 minutes de jeu (10 titularisations en quinze rencontres). Autant dire qu’il a assuré. Et même s’il va devoir retourner dans l’ombre de Capela, les Rockets savent maintenant qu’ils peuvent compter sur Montrezl Harrell pour gérer le sale taf et permettre aux artilleurs de l’équipe d’arroser : pas de panique, il sera là pour galoper à leurs côtés.

Coup de gueule : Justise Winslow

On a pour habitude de dire qu’il ne faut pas tirer sur l’ambulance, et pourtant c’est un peu ce que nous allons faire avec Justise Winslow dont la saison est déjà terminée. Le sophomore était attendu au tournant avec les départs de Dwyane Wade, Luol Deng et Joe Johnson l’été dernier. Avec en prime la mise sur le côté de Chris Bosh à cause de ses problèmes de santé, le sophomore devenait derechef la troisième option du Heat, derrière Dragic et Whiteside. Bref, tout pour progresser et s’épanouir. Pas de bol, il a souffert comme sa franchise, et ses problèmes d’adresse plombent encore plus son bilan. Pourtant on a vu de la bonne volonté chez Winslow, tout comme de très belles séquences également, mais le bilan de cette saison restera décevant, car bien loin de l’explosion attendue. On guettera donc l’année prochaine de Justise en espérant qu’il retrouvera vite tous ses moyens physiques pour s’imposer et exploiter son potentiel, sans qu’une blessure ne le freine cette fois-ci.

Confirmation de la tendance vue en ce début de saison pour attaquer 2017. On demande donc aux concurrents de Karl-Anthony Towns de bien vouloir se sortir les doigts pour lui mettre un peu la pression, parce que là, ça ressemble fort à une balade.

*Stats avant les matchs du 31 janvier 2017

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top