Wizards

Les Wizards sont invincibles à la maison : 15ème de suite, y’a pas que Donald Trump à D.C.

John Wall
Source image : Twittter / @WashWizards

Si le nouveau président américain fait ses propres lois dans la Maison-Blanche, les Wizards font aussi la leur au Verizon Center : victoire face aux Knicks ce mardi (117-101), la quinzième de suite devant leur public.

Tout de suite beaucoup plus facile, quand en face des cadres sont absents. On savait déjà, avant le début de la rencontre, que Derrick Rose serait absent suite à son pépin à la cheville vécu dans la victoire des siens la semaine dernière contre Charlotte. On ne savait pas, cependant, que Kristaps Porzingis allait littéralement bégère dans le vestiaire et donc sortir le drapeau blanc pour ce match, le phénomène letton étant malheureusement malade et ne pouvant aider son équipe. Au début, les Knicks s’en sortaient assez bien, notamment grâce à l’impact d’un Carmelo Anthony toujours aussi chaud et l’intégration réussie de Willy Hernangomez dans le cinq majeur. Seul problème, une fois que Scott Brooks et ses hommes se réveillaient de leur profond coma, la réalité reprenait le dessus et la profondeur de l’effectif des Wizards tabassait petit à petit celui de Knicks autant blessés que fatigués. Un premier push dans la fin du second quart histoire de reprendre l’avantage, un très gros troisième quart-temps grâce à l’impact de chaque membre du cinq, l’écart atteignait vite la vingtaine et Jeff Hornacek était obligé de regarder les siens perdre un nouveau match, après le terrible marathon terminé à genoux du côté d’Atlanta ce dimanche. Sans forcer, sans trembler, Washington l’emporte 117 à 101.

Quinzième victoire à domicile de suite ? Ou, comme on peut désormais le dire dans les rues de la capitale, la deuxième plus longue série de victoires de l’histoire de la franchise. Oui, les Wizards sont bien invaincus depuis le 6 décembre dernier, lorsque John Wall avait planté un record en carrière, 52 points. Quel symbole, en voyant son équipe repartir avec la gagne hier soir, sans avoir à claquer une performance individuelle monstrueuse. Car là est avant tout l’explication de la récente belle forme des soldats de D.C. Cette capacité, soir après soir, à trouver celui qui fera la différence dans sa production. Encore une fois, Bradley Beal fût magistral et son corps est en train de le laisser en paix, ce qui permet à Washington de profiter de son immense talent. Mais l’arrière était aussi bien soutenu par le taf intérieur de Marcin Gortat, l’efficacité offensive de Markieff Morris et la polyvalence d’Otto Porter. Sans avoir à compter sur un banc de rêve, hormis Kelly Oubre qui a encore fait le job, c’est le cinq de Scott Brooks qui a prolongé la série locale et met toujours plus de pression sur Atlanta, en quatrième place.

En ayant justement battu les Hawks la semaine passée et validé ce cinquième succès de suite, les Wizards se sont officiellement offert une place dans le Top 4 : finalement, tout n’est pas si chaotique que ça à Washington.

Couverture

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top