Warriors

Les Clippers prennent 46 points dans la gueule à l’Oracle : c’était pas le bon jour pour croiser Stephen Curry

En déplacement à l’Oracle Arena toujours sans Chris Paul, les Clippers ne se faisaient sas doute par trop d’illusion en ce qui concerne le résultat final. La défaite était attendue, mais la baffe prise fut d’une violence rare : 144-98. La faute à un Stephen Curry bombardant dans tous les sens avec une réussite toujours aussi insolente, mais aussi à une prestation d’ensemble totalement dégueulasse des joueurs de Los Angeles.

Aller à Golden State est en général un voyage au cours duquel la punition n’est jamais bien loin si tout n’est pas mis en œuvre pour résister. Les Clippers en ont fait l’amère expérience en se faisant sauvagement dépouillée dans tous les sens par une horde en chaleur, emmenée par un guide marchant sur l’eau. Un guide dont on connaît les capacités exceptionnelles, mais qui parvient toujours à faire soulever n’importe quel cul de n’importe quelle chaise quand il est en état de grâce. Auteur d’une première mi-temps correcte avec 18 points, 3 rebonds et 3 passes décisives, le MVP en titre a ensuite pris un coup de chaud terrible au retour des vestiaires. Si l’écart était alors déjà bien creusé (72-51 à la mi-temps), il va prendre des proportions abyssales sous l’impulsion du chef étoilé d’Oakland. Toujours en prenant des shoots impossibles à foutre pour le commun des mortels, le meneur des Warriors va enfiler 25 pions à 9/14 au shoot, tout en ajoutant 6 rebonds et 3 passes décisives à sa période folle. Les Clippers sont totalement impuissant face au show adverse, et encaissent un énorme 45-23 sur cette seule période. En plantant 25 points sur un seul quart-temps pour la cinquième fois de sa carrière, il devient au passage le seul joueur à avoir effectué cette performance sur les 25 dernières années. Rien que ça.

Si Steph a fait bouillir l’Oracle comme il sait si bien le faire, il a aussi bien été aidé. Plus discret, Kevin Durant a encore été nickel. Mr Propre a ainsi sorti 23 points, à 9/11 au tir, le tout agrémenté de 7 passes et 4 rebonds, et évidemment d’une défense toujours très dure. Autour de ce duo en feu, tout le monde à apporté sa contribution puisque les treize joueurs ayant été présents sur le parquet ont marqué. La dernière période a été profitable aux joueurs de fond de banc comme Varejao, Looney, MacAdoo ou McCaw. Ils ont tous pu gambader joyeusement sur le parquet puisqu’en face, il faut bien dire que l’opposition était indigne d’une équipe de Nationale 2. Du début à la fin, ils se sont fait bouffer dans l’envie, dans l’intensité. Les mecs avaient déjà perdu avant même d’avoir joué le match. Si ça a tenu le coup durant douze minutes, c’est grâce à la réussite de Blake Griffin et J.J. Redick en début de partie. Mais dès que le second s’est éteint, Blake (20 points) est devenu la seule véritable option offensive. Derrière ça, Jamal Crawford n’a rien apporté tandis que Dédé Jordan termine avec un bilan famélique de 8 points pour 5 rebonds.

Sans envie, sans véritable identité, sans burnes, les Clippers se sont fait ridiculiser sans montrer le moindre signe de réaction. Alors oui, les Warriors sont chauds, bouillants même lorsque Curry est sur une autre planète. Mais prendre 46 points dans la tronche, même en l’absence d’un leader comme Chris Paul, c’est juste inadmissible.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top