Magic

Orlando touche le fond à Boston : 11ème défaite du mois, Mickey recherche un nouveau toit

Orlando Mickey
Source image : Tumblr

Avec deux revers de suite au compteur et en visite à Boston pour y affronter l’équipe B des Celtics, Orlando a finalement explosé pendant la rencontre et s’est pris une gifle monumentale : 128 à 98, tout va bien à Disney World…

Ce n’est pas comme si cette défaite était plus importante que les autres, ou qu’elle mettait de côté toutes les autres accumulées depuis plusieurs semaines. Simplement, en affrontant l’armée de Brad Stevens hier soir, on pensait voir un Magic un peu plus inspiré en déplacement, surtout en prenant compte des absences dans le camp local. Pas d’Al Horford ? Pas d’Avery Bradley ? Jonas Jerebko et Jaylen Brown dans le cinq majeur ? Foutage de gueule pour certains, occasion idéale de se reprendre pour d’autres, Orlando devait justement profiter de cette équipe de Boston affaiblie pour se rassurer et tout le contraire a eu lieu avec un groupe qui a quitté sa rencontre quasiment dès le début. Cela se voyait notamment dans l’apport du banc des Celtics, qui n’était pas historique mais montrait des signes flagrants : quand Tyler Zeller et Kelly Olynyk vous font la totale, avec tout le respect qu’on a pour eux, c’est grave. Et si encore le duo de babtous de Boston était seul dans la mise à mort de Mickey hier soir, on s’en sortirait bien. Non, Marcus Smart a claqué 11 passes décisives, le rookie Brown y est allé de ses 20 points, Isaiah n’a joué que 25 minutes pour claquer 21 pions et l’écart a même dépassé… la quarantaine de points, dans un troisième quart un peu grotesque.

Ce n’est pas comme si Orlando manquait quatre de ses cinq starters, Evan Fournier sera le premier à le confirmer en voyant une nouvelle fois les siens sur le côté. Simplement, Frank Vogel a l’air d’avoir utilisé toutes ses cartes jusqu’ici, et le plan de développement qu’il pensait mettre en place n’a pas apporté les résultats imaginés. Aaron Gordon en ailier créateur ? Hell no. Nikola Vucevic en scoreur du banc ? Hell no. Même Elfrid Payton a été réintégré dans le cinq, pendant que Jeff Green et Serge Ibaka rendaient de nouvelles feuilles intrigantes pour leur niveau de jeu et d’expérience. Mais au-delà des rotations ou de la branlée verte infligée par les Celtics, c’est dans ce quit général symbolisé par les 40 points d’écart puis les conséquences de la défaite que le Magic a atteint de nouvelles profondeurs. En effet, en cumulant ce revers avec la victoire du Heat à Chicago, c’est un bilan quasi-égal qui a rassemblé les deux franchises de Floride, elles qui ne partaient pas cette saison avec les mêmes ambitions. Miami fait du tanking et l’assume, Orlando se retrouve à tanker mais ne s’en sort pas. Et à trois semaines de la fermeture du marché des transferts, Rob Hennigan sent que son siège commence à chauffer. Transférera-t-il Vucevic avant la deadline ? Très certainement. Mais l’intérieur sera-t-il seul à faire ses valises ? Quand on voit ce genre de défaite se produire face à une équipe B à domicile, on peut se poser la question.

Il y a des défaites dont on peut s’en foutre, et des défaites qui ne mentent pas. En se faisant balayer par les Celtics hier soir, le Magic a atteint de nouvelles profondeurs et devra prendre de très grandes décisions lors des prochaines semaines : tout garder, tout casser, que changer, les temps sont durs pour Mickey.


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top