Blazers

Damian Lillard a fait sa spéciale : 33 points dont 15 dans le dernier quart, le voilà le All-Star !

Damian Lillard

En recevant les Grizzlies hier soir, Damian Lillard devait envoyer un message fort à la concurrence : on a bien compris, surtout Memphis, il aurait peut-être fallu considérer un peu plus le meneur pour le All-Star Game.

Un peu sado-masochiste, le Damian ? Difficile à dire, mais ce n’est pas la première fois qu’il nous fait le coup. L’an dernier, après avoir été recalé du match des étoiles justement, il avait explosé face aux Warriors en plantant la cinquantaine sur Stephen Curry et ses potes. L’occasion, pour lui, de clamer haut et fort qu’il avait sa place chez les grands et qu’il fallait réparer cette erreur. Douze mois plus tard ? Rebelote. Avant le All-Star Game cette fois-ci, mais juste après l’annonce des remplaçants qui est tombée ce jeudi, Lillard a retroussé ses manches et décidé de faire de Memphis sa cible à domicile. Pourtant, Damian affrontait une défense particulièrement chaude, avec des soldats comme Tony Allen et Mike Conley qui peuvent vous faire chier pendant 48 minutes. Et les standards pris par le sniper n’étaient pas non plus incroyables tout au long de la rencontre, surtout avec cette petit blessure qui faisait peur aux fans en plein second quart-temps. Roi du grand écart, Lillard terminait au sol et l’ambiance changeait radicalement dans le Moda Center, pendant que Marc Gasol faisait ses courses sur la tête de Mason Plumlee.

Cependant, comme souvent du côté de Portland, le dernier lui était réservé et devait lui être réservé. Prenant subitement feu avec 6 minutes à jouer et un score toujours aussi serré, l’intéressé checkait son poignet et remarquait bien que c’était l’heure du Lillard Time : 13 points de suite en 3 petites minutes, un public qui pousse et des Grizzlies commençant à suffoquer, voilà justement ce qu’il fallait pour écarter la menace venue du Tennessee. Car pour une fois que C.J. McCollum n’était pas le plus adroit, et pour profiter d’un Allen Crabbe qui était tout simplement possédé, Terry Stotts devait croiser les doigts pour que son leader prenne ses responsabilités. Avec 33 points dont 15 dans le dernier quart et un finish réussi grâce… à la défense des Blazers (fallait le voir pour le croire), Damian annonçait une belle suite pour la deuxième partie de saison. Peut-être que je ne serai pas là pour le All-Star Game et peut-être que mon équipe en chie niveau régularité cette année, mais il reste encore suffisamment de temps pour qu’on remette de l’ordre dans la hiérarchie des meneurs. Avec 48 matchs en poche et 34 à venir, c’est bien Lillard qui va devoir multiplier les performances comme celle-ci, match étoilé ou non.

On retrouve tout de suite le sourire à Portland, quand le numéro 0 commence à dégainer inconsciemment de près de huit mètres et son poignet est en feu. Vues les prochaines affiches des Blazers, le timing pouvait difficilement être meilleur : à confirmer.

Couverture

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top