Timberwolves

Karl-Anthony Towns remporte son duel avec Jokic : c’est quoi comme ligne, 32-12-7-1-4 ?!

Il fallait que Karl-Anthony Towns sorte une nouvelle grosse performance pour que ses petits Loups l’emportent à la maison : bingo, le monstre a claqué une ligne phénoménale dans la victoire des siens ce dimanche !

Et si la deuxième partie de saison était réservée au mammouth qui sévit dans la raquette du Minnesota ? Après avoir siroté DeAndre Jordan ce jeudi grâce à un petit match à 37 points au Staples Center, KAT retournait à la maison pour y ronronner un peu et ensuite rencontrer un chaton qui fait lui aussi mumuse avec ses adversaires en ce moment. Nikola Jokic, moins aérien et moins rapide certes, mais un autre gros morceau chez les jeunes pivots actuellement et une hiérarchie à rappeler sur le circuit : t’es chouette, t’as l’air sincère, t’as du potentiel, mais ici c’est moi le patron. Et dès le début de la rencontre, Towns imposait son physique en faisant passer Kenneth Faried pour un lampadaire en défense, les points montant petit à petit sur l’addition. Sans véritable aide de la part d’Andrew Wiggins au début, sans Ricky Rubio pour installer tout ça et avec un Zach LaVine fantomatique, il fallait bien mettre la franchise sur ses épaules et foncer tout droit jusqu’à l’arrivée. Comme avec ce tir qui crucifiait les Nuggets en toute fin de rencontre, un tir ligne de fond offrant deux points d’avance et une foutue bouteille d’oxygène à tout le monde : peut-être que cette fois, les Wolves ne se chieraient pas dessus au finish.

Et ils ont assuré, justement, les louveteaux. Avec un Kris Dunn hargneux, un Shabazz Muhammad idéal en sortie de banc et la sérénité de Tyus Jones à la mène, les poulains de Tom Thibodeau repartaient avec la victoire devant un public conquis. Du stress certes, en loupant des lancers et en offrant toujours aux visiteurs une chance de revenir dans le match, mais un buzzer qui sonne et des bras qui se lèvent, comme pour célébrer ce succès à la mez. Combientième de suite ? Quatrième, chef, au Target Center. Après les Mavs peinards, les Rockets fatigués et le Thunder indiscipliné, ce sont les Nuggets qui devaient malheureusement subir la loi de la ville, où comme on s’amuse à dire là-bas… Towns’ Rules : 32 points, 12 rebonds, 7 passes, 1 interception, 4 contres, 13/19 au tir et 6/8 aux lancers. Un aspect des plus plaisants, peut-être de ne pas le voir stationner à huit mètres de l’arceau et envoyer de la quiche avec espoir, alors que son jeu au poste est déjà démentiel. Sans prendre le moindre tir derrière l’arc, Karl-Anthony montrait aussi ce qu’on voyait déjà un peu face à DeAndre vendredi, cette compréhension plus poussée du jeu et de ses avantages sur la concurrence. Il en faudra d’autres, plein, des performances comme celle-ci pour que son équipe gagne. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il peut le faire, et que les récents résultats vont dans ce sens.

Après avoir doucement démarré la saison, Karl-Anthony Towns est en train de retrouver son mode bestial qui avait fait de lui un Rookie de l’Année quasi-unanime. Depuis le 1er janvier ? Monsieur tourne à quasiment 25 points, 14 rebonds, 5 passes, 2 contres et 55% au tir : des standards, à l’avenir.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top