Jazz

Rudy Gobert explose ses records en carrière : 27 points et 25 rebonds sur Dallas, taille All-Star !

Alors que les titulaires du All-Star Game ont été annoncés à l’Ouest et les remplaçants seront nommés dans une semaine, Rudy Gobert a tenu à rappeler aux coachs qu’il avait sa place parmi les grands en marchant sur les Mavs : un match record pour le géant, dans la victoire des siens hier soir.

C’est une soirée qui aurait pu très mal terminer. En mode cauchemar, clairement. Car si les chiffres étaient déjà bien salés pour le Frenchie en démarrant cette prolongation inattendue à l’American Airlines Center, la suite était nettement moins confortable que ce premier double-double au-dessus des 20-20 en carrière. Foutus lancers… foutus lancers ! Alors que Gobert enfilait ces tirs comme des perles cette saison, et qu’il démarrait la rencontre en continuant sur son bon rythme quotidien, la période supplémentaire apportait une fatigue et un stress qui affectaient forcément la réussite du pivot. Un airball pour commencer, et encore un de loupé, et un autre, pas moins de quatre lancers manqués pour démarrer son overtime, idéal pour permettre à l’adversaire de rester dans le match et espérer une victoire précieuse contre un cador de l’Ouest. Frustré par ce manque de poignet alors qu’il était proche de la perfection sur ses 48 premières minutes, Rudy retrouvait cependant ses automatismes au meilleur moment et mettait un verrou en titane sur la fin de rencontre. Un rebond offensif pour permettre à Joe Johnson d’égaliser. Un stop défensif sur Seth Curry pour calmer les espoirs adverses. Un gros rebond pour ensuite claquer un lancer, et réaliser la même opération… pour cette fois rentrer ses deux tentatives devant un public silencieux. Oui, en overtime, malgré ses ratés et un bon coup de pression, Gobert menait les siens jusqu’à la victoire.

Et en profitant pleinement de l’absence d’Andrew Bogut, qu’on peut également traduire par l’envoi à la morgue de Dwight Powell, Salah Mejri et compagnie, le pivot tricolore s’offrait un match record en carrière. Non seulement d’un point de vue numérique, avec 27 points et 25 rebonds à 8/11 au tir en y ajoutant 2 contres et un wagon de tirs contestés, mais aussi record en terme de domination physique. Car avec tout le respect qu’on a pour Rick Carlisle et sa raquette, Gobert passait plus ou moins pour un directeur de centre de loisirs au milieu de gosses de maternelle. Trop concentré, trop grand, trop long, et trop conscient que cette victoire était importante avant un back-to-back fatigant contre les Pacers, Rudy prenait Gordon Hayward avec lui, Joe Johnson et Joe Ingles, pour faire le job sur le parquet de Dirk Nowitzki. Et dans une semaine à venir qui sera dirigée par les discussions autour des remplaçants du All-Star Game, c’est peu dire si Gobert a envoyé un message très clair aux entraîneurs qui s’occuperont des sélections. Vous avez peut-être enlevé les pivots des catégories pré-définies, mais je mérite bien ma place chez les grands. Les très grands.

Difficile de savoir si Rudy Gobert pourra rejoindre le match des étoiles ou si Gordon Hayward représentera le Jazz à New Orleans, mais une chose est sûre : avec un premier match au-dessus des 20-20 en carrière et une intimidation qui devient de plus en plus redoutée, on le retrouvera forcément au ASG un jour ou l’autre. Dans un mois, dans 13, ou dans 25.

Couverture

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top