La semaine de Gérard

La DMC Week (une semaine avec Gérard 2.0 ou Boogie) #02 : tu veux voir mon gros micro ?

DeMarcus Cousins DMC

Awkward.

Source image : Twitter

‘A la rédac’ de Trashtalk, vous le savez, on est des grands fans de J.R. Smith, alias Gérard pour les intimes. Gérard, c’est une grande histoire d’amour. Gérard, c’est notre MVP à nous, le number one dans nos coeurs, celui qui donne envie d’être fan des Cavaliers et de suivre la NBA quoiqu’il arrive. Cette rubrique lui est 100 % dédiée et revient, de manière hebdomadaire, sur ce que nous a offert le mec le plus généreux de la NBA sur et en dehors des parquets. Parce que la flamme se doit d’être entretenue. J.R. 4ever. Mais, mais, mais, notre Gérard étant indisponible jusqu’à nouvel ordre, nous avons décidé de lui trouver un remplaçant digne de ce nom : DeMarcus Cousins alias DMC alias Boogie alias Gérard 2.0. Lui aussi, on l’aime.’ Par Maxime Claudel.

___ 

# Les perf’ de la semaine

Les semaines se suivent et se ressemblent pour les Kings, qui ne sont rois de rien sinon de la médiocrité. Leurs semaines, donc, elles commencent souvent par une victoire probante. Ici, c’était face à Detroit et dans le combat des Babars Cousins versus Drummond, notre DMC a fait faire du boogie-woogie à son vis-à-vis. Un duel de bonhommes qui préfigurait une belle série pour Sacramento. Mais, non, on va arrêter de rêver deux minutes, d’autant que les Californiens ont pris dans la tronche des Cavaliers énervés par leur road trip ayant débuté sur des défaites. A deux passes d’un triple double face aux champions en titre, Boogie n’a pas démérité. Mais la marche était trop haute.

Même son de cloche face au Thunder de l’extraterrestre Russ’ Wes’. Encore une fois, Cousins a livré une belle feuille de statistiques. Mais zéro succès à la clef. Il clame qu’il veut rester à Sacramento à tout prix – avec un gros contrat à la clef – mais, sportivement parlant, ce n’est pas chez les losers qu’il marquera l’histoire de la NBA. On lui souhaite finalement la même trajectoire que notre Gérard. Pour que ses coups de chaud aboutissent à du concret, non pas à des highlights qui font péter les « J’aime » sur les réseaux sociaux. Tu vaux mieux que ça Boogie.

# Les stat’ de la semaine

  • Face aux Pistons (victoire) : 30 minutes, 24 points (8 sur 14 FG, 4 sur 5 à 3 points), 13 rebonds, 6 passes, 1 interception, 1 contre, 4 fautes, +7 en éval
  • Face aux Cavaliers (défaite) : 38 minutes, 26 points (9 sur 16 FG, 1 sur 5 à 3 points), 8 rebonds, 11 passes, 1 interception, 0 contre, 3 fautes, -2 en éval
  • Face au Thunder (défaite) : 34 minutes, 31 points (8 sur 20 FG, 1 sur 6 à 3 points), 11 rebonds, 7 passes, 3 interceptions, 1 contre, 2 fautes, -3 en éval

# La décla’ de la semaine : BronBron s’incline également 

DeMarcus Cousins ne sera pas MVP cette saison, ni sans doute jamais. Il ne gagnera pas le titre non plus, ni sans doute jamais. Pourtant, tout le monde est amoureux de ce joueur. Normal, il est attachant avec ses airs de nounours. Ainsi, après Draymond Green, c’est LeBron James qui a croisé le chemin de Boogie. Comme le quadruple MVP n’est pas du genre à faire des prières le soir, il a préféré ne pas tarir d’éloges sur le pivot des Kings, « C’est le meilleur pivot du monde. Il n’a pas seulement la capacité à jouer à l’intérieur, il peut aussi dribbler extrêmement bien, shooter à 3-pts, et il implique aussi parfois ses coéquipiers. » Voilà. Il l’a dit, gaga. Direction Cleveland now : Kéké se sent seul.

# Le shoot de la semaine : une blague de Boogie, c’est mieux qu’une ficelle

# La photo de la semaine : Boogie en mode journaliste

Capture d’écran 2017-01-16 à 22.39.10.png

DeMarcus Cousins nous a offert la meilleure interview post-game de toute l’histoire de la NBA. On devrait même lui créer un trophée pour ça, genre le MVJ pour Most Valuable Journalist. Au sortir de la victoire face à Detroit, le pivot était naturellement tout sourire au micro des médias. L’air rieur, il affirme, quand on lui parle des rumeurs sur un nouveau contrat, « J’aime Sacramento. C’est là que je veux être ». Puis il prend le micro et devient à son tour l’intervieweur en demandant aux journalistes s’ils veulent bien qu’il rempile eux-aussi. « Pour moi, c’est non » répond Andy Furillo du The Sacramento Bee, avec qui il a eu une altercation. Signe où tu veux Boogie, mais reste.

# Le Tweet de la semaine : un dab pour Boogie

John Calipari, entraîneur de l’équipe universitaire de Kentucky, est un grand fan de DeMarcus Cousins. Et il aimerait bien voir son ancien joueur au All-Star Game. Du coup, il fait son petit lobbying avec un dab en mode hashtag yolo, parole de djeunz. On lui dit que Paul Pogba est un joueur de foot ou bien ?

# Le petit bonus “ce n’est que du bonheur” de la semaine : le Boogie’s Comedy Slam ou l’équivalent du Jamel Comedy Club (on applaudit bien fort)


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top