Sixers

Allô la Terre ici planète Embiid, les Sixers sont à 4-1 en janvier : et si ça devenait… une habitude ?

On en parle de temps en temps de ces Sixers, et le plus dingue dans cette histoire… c’est bien que ça n’est plus pour nous foutre de leur gueule tous les matins avec des captures d’écrans toutes pétées sur tank.com. Non non, c’est bien pour louer les mérites de la franchise de Pennsylvanie que la plume est régulièrement saisie cette saison, et en voici une nouvelle preuve.

La victime du jour ? Mademoiselle Hornets, Charlotte de son prénom, victime de la hype et du talent adverses puisque c’est un magnifique 28/85 au tir qui sera validé ce soir. Rajoutez un petit 6/23 du parking et 19 ballons rendus à l’adversaire et vous obtenez donc une franchise dépassée durant 48 minutes par la vigueur de ces jeunes Sixers décomplexés depuis quelques semaines, ayant abandonné les bas-fonds de la Conférence Est pour montrer un morceau de branchie à la surface. Cette nuit ? Un nouveau match très propre de Joel Embiid évidemment, bien qu’un peu gourmand à 3-points (0/5) mais également des copains qui régalent tout autour. Un T.J. McConnell encore inspiré à la distribution des cadeaux (quatre tirs pris et huit passes dé’), un banc efficace grâce à l’apport de Dario Saric et Sergio Rodriguez, un Timothé Luwawu qui frappe à la porte avec dix minutes offertes ce soir par Brett Brown et des role players solides au relais de la star locale. Voilà pour ces Sixers version 2016/17, avançant step by step et profitant de la moindre fatigue adverse pour tamponner… des victoires, le simple fait de mettre ce mot au pluriel dans une phrase comprenant “Sixers” étant une nouveauté à pointer.

Car si le talent de ces jeunes fifous est indéniable et nous fait saliver en pensant qu’un certain Ben Simmons sera bientôt in da place, les Hornets ont pour leur part donné le bâton pour se faire battre cette nuit, notamment un Kemba Walker ayant passé son match à s’embrouiller avec son tir (7/23). Et quand on sait que Nicolas Batum ne faisait-là qu’un retour tranquille post-blessure et que ce sont les pauvres Frank Kaminsky, Roy Hibbert et Marvin Williams qui étaient servis ce soir en pâture à Joel Embiid, le résultat n’en est finalement que… logique, et c’est là encore une belle nouveauté 2017. Bilan 2015/16 ? Dix victoires. Cette saison ? Douze, au 14 janvier messieurs dames. Et vous savez quoi ? Il va y en avoir d’autres, beaucoup d’autres.

Parler de Playoffs ou autre joyeuseté du genre ? Sûrement pas mon capitaine. Mais parler de réel plaisir à voir évoluer cette bande de gamins ? Oh que oui. Allez, back-to-back ce soir à Washington, et même si les hommes de Brett Brown pourraient bien prendre une volée, on ne leur en tiendra pas rigueur. Faudrait quand même pas qu’ils passent trop vite dans le positif, parce que personne n’est prêt.

Stats Sixers Hornets Stats Hornets Sixers


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top